Retour

La base de données du NPD violée par une bénévole, selon une plainte

Le Nouveau Parti démocratique (NPD) de la Saskatchewan enquêtera sur des allégations concernant la violation de sa base de données électorale par une bénévole.

Rylee Schuhmacher, une femme qui a déposé une plainte pour agression contre un ancien candidat du parti, admet qu’elle a accédé à la base de données du parti, nommée Populus, et qu’elle fait l'objet d'une enquête.

Toutefois, elle affirme qu’elle n’a rien fait de mal et se demande si elle est prise pour cible pour avoir dénoncé un membre du parti.

L’enquête concernant la brèche alléguée, la première dans l’histoire du parti, a été lancée en janvier, selon le secrétaire provincial du parti, John Tzupa. « Je peux confirmer que nous avons reçu une allégation que l’un de nos bénévoles a utilisé notre base de données électorale pour accéder à des informations non reliées aux besoins électoraux », dit John Tzupa.

Le parti n’a pas voulu dévoiler qui est à l’origine de la plainte qui a mené à cette enquête.

Élections Saskatchewan est au courant

Le parti a informé Élections Saskatchewan dès qu’il a pris connaissance des allégations, selon le secrétaire général du parti.

Il ajoute que les résultats de l’enquête seront divulgués au bureau du NPD dès que possible.

John Tzupa affirme qu’il ne peut fournir aucun commentaire sur l’enquête en cours, mais que « la protection des renseignements personnels est très importante ».

La base de données Populus est utilisée par le NPD pour conserver de l’information pertinente pour le parti, a indiqué M. Tzupa. Populus contient notamment des listes d’électeurs d’Élections Saskatchewan, incluant le nom, l’occupation, la date de naissance et l’adresse de ces derniers.

« J’aurais pu la googler »

Rylee Schuhmacher dit qu’elle a été informée par son avocat, qui est en contact avec le parti, que l'acte qui lui est reproché est en lien avec une recherche sur le nom d’une policière l’ayant interrogée, après que celle-ci eût rapporté à la police de Saskatoon avoir été agressée sexuellement.

Mme Schuhmacher a accusé un homme qui était candidat pour le NPD de la Saskatchewan de l’avoir agressée sexuellement. Elle affirme également que la même personne l'a auparavant harcelée.

Elle dit également que ses plaintes aux hautes instances du parti sont restées lettres mortes.

Selon le NPD, ses plaintes ont mené à deux enquêtes, mais aucune information sur ces enquêtes n’a été dévoilée.

Chercher des informations sur l’agente

Rylee Schuhmacher décrit avoir quitté l’interrogatoire de la police « en choc » concernant la façon dont elle dit avoir été traitée.

Elle raconte avoir ensuite tenté de chercher des informations sur l’agente dans Populus, sur les conseils d’un ami qui lui disait que la policière pouvait être membre du parti. Elle voulait savoir si elle pouvait croiser l’agente lors d’évènements organisés par le parti.

« Je n’ai pas vraiment pensé qu’il y avait quelque chose de mal là-dedans. Étant donné que j’ai longtemps travaillé sur Populus, je l’ai simplement ouvert et j’ai tapé son nom », indique la femme.

Ryle Schuhmacher dit qu’elle ignorait que ce type de recherche dans la base de données constituait un problème et que l’entraînement qu’elle a reçu lui a laissé croire qu’elle ne faisait rien de mal.

Avec les informations de Stephanie Taylor, CBC News

Plus d'articles