Retour

La C.-B. doit trouver de nouveaux enseignants pour la fin de janvier

Le gouvernement de la Colombie-Britannique doit embaucher du personnel dans les écoles de la province d'ici la fin de janvier, après que la Cour suprême du Canada a donné raison à la Fédération des enseignants de la Colombie-Britannique (BCTF) dans le dossier du droit de négocier le nombre d'élèves en classe et de leur composition.

En novembre dernier, la plus haute juridiction au pays a statué que le gouvernement Clark devait accroître ses efforts d’embauche afin que la taille et la composition des classes reviennent à ce qu’elles étaient il y a 15 ans.« Je pense que les gens veulent voir que nous allons mettre plus d’enseignants dans les classes », a d’abord reconnu la première ministre Christy Clark lors d’une entrevue-bilan de fin d’année.

Des négociations ont lieu en ce sens entre la province et le BCTF. Les deux parties s’accordent pour dire que ces discussions se déroulent bien.

« Cela a été [un exercice] très productif et collaboratif d’essayer de trouver comment faire pour que les enseignants soient dans les salles de classe d’ici janvier. Mais je ne sais pas si nous allons y arriver », a cependant ajouté Mme Clark.

Le BCTF estime que restaurer les effectifs – incluant des enseignants pour enfants ayant des besoins spéciaux, des bibliothécaires et des conseillers pédagogiques – cela coûtera entre 250 et 300 millions de dollars par an.

Pour rappel, la législation encadrant le nombre d'élèves et la composition a été adoptée en 2002. C’est Christy Clark qui était ministre de l’Éducation à cette époque.

Plus d'articles

Commentaires