Retour

La CAFS : une assemblée générale, deux ordres du jour

Dix ans après sa création, la Communauté des Africains francophones de la Saskatchewan (CAFS) fait face à des dissensions internes sans précédent.

Un texte d'Omayra Issa

Les membres de l’organisme ont reçu deux différentes convocations avec deux ordres du jour distincts pour assister à leur Assemblée générale annuelle (AGA) prévue le 30 juin à Saskatoon, selon des documents obtenus par Radio-Canada.

Un premier ordre du jour signé par le président Jean Nepo Murwanashyaka a été envoyé aux membres le 31 mai.

Le 22 juin, ils ont reçu un deuxième ordre du jour, cette fois-ci signé par le membre du conseil d’administration Mamadou Bah.

« L’ordre du jour que j’ai envoyé le 30 mai, avant l’assemblée générale [et] que tout le monde a reçu, répond bel et bien aux textes de nos statuts », explique Jean Nepo Murwanashyaka lors d’une entrevue avec Radio-Canada.

Pour sa part, Mamadou Bah indique qu’il a envoyé un nouvel ordre du jour afin de rectifier le premier, estimant que celui-ci fait abstraction d’un « point crucial », soit celui de la réforme de la CAFS.

« On n’était pas d’accord sur les points mis dans la convocation qui a été envoyée. Il y avait des choses qui manquaient. Nous, on a juste repris cette convocation en insérant les points essentiels que nous pensions être conformes à ce pour quoi on se réunit, notamment le comité de réforme qui est un élément crucial », soutient-il.

La CAFS aura donc une assemblée générale avec deux différents ordres du jour au Pavillon Gustave-Dubois de l’École canadienne-française de Saskatoon.

Les deux ordres du jour font état notamment de la présentation des rapports financiers sur les exercices 2016-2017 et 2017-2018. Celui qui a été envoyé par Mamadou Bah fait en plus état, de la mise sur pied d’un comité de transition et de présentation de textes de réforme.

Par ailleurs, celui qui a été envoyé par Jean Nepo Murwanashyaka prévoit la présentation des nouveaux membres du CA ainsi que l’adoption de la programmation de l’année 2018-2019.

Unir la communauté?

« Ça va très bien se passer parce qu’au-delà de tout, nous sommes la même communauté », assure M. Bah.

« Je suis convaincu que la communauté est capable d’avancer, d’aller en avant », indique M. Murwanashyaka.

Mystère sur la présidence de la CAFS

Jean Nepo Murwanashyaka maintient qu’il est président de la CAFS, alors que Mamadou Bah soutient être le président par intérim de l’organisme.

Ce dernier affirme qu'il a été désigné président par intérim de la CAFS par quatre membres du conseil d'administration.

Les deux hommes remettent en question la légitimité de l’un et de l’autre.

« L’association ne peut avoir deux présidents. Il y a un président. Je tiens toujours à assurer que j’ai été élu comme président de l’association le 2 décembre [2017] par tous les membres du CA qui étaient là. Il n’y a pas eu d’autre réunion pour me destituer ou m’exclure comme membre du CA », déclare Jean Nepo Murwanashyaka.

« Je ne sais pas de quelle manière il [Mamadou Bah] est devenu président parce que les documents de l’association sont clairs. Pour être président, il faut qu’on soit élu par au moins 7 membres du conseil d’administration », ajoute-t-il.

Mamadou Bah répond pour sa part que le conseil exécutif de Jean Nepo Murwanashyaka « est dissolu » et que ce dernier « est renvoyé comme membre du conseil d’administration à cause des violations des textes ».

Mamadou Bah maintient qu’il incarne le besoin de réforme au sein de la CAFS.

Lors d’une Assemblée générale extraordinaire, la CAFS a mis en place un comité de réforme composé de sept personnes. Son rôle est de revoir les activités de l'organisme, car ses membres affirment que les réalités de la communauté ont changé.

Plus d'articles