Retour

La campagne de Québec solidaire officiellement lancée à Sherbrooke

Québec solidaire a profité du plus grand rassemblement de son histoire hors de Montréal pour lancer officiellement sa campagne électorale à Sherbrooke et en Estrie lundi.

Un texte de Charles Beaudoin

Quelque 600 militants et citoyens étaient rassemblés dans l'enceinte du Théâtre Granada, où ces derniers ont été invités à s'atteler dès le lendemain à faire élire Christine Labrie dans Sherbrooke le 1er octobre prochain.

« Nous, à Québec solidaire, et la gauche en général, toutes nos victoires, c'est comme ça qu'on va les chercher : par notre travail sur le terrain », a lancé le co-porte-parole du parti, Gabriel Nadeau-Dubois, en ouverture de soirée.

Lors de son allocution, Christine Labrie a par par ailleurs remis en doute d'emblée le travail du député de Sherbrooke et ministre de la Famille, Luc Fortin, déplorant le fait que la Ville n'avait personne pour la défendre à l'Assemblée nationale depuis trop longtemps.

Des annonces à saveur électorale, a-t-elle ajouté.

« Après trois ans d'austérité, on se fait lancer des bonbons juste avant les élections. Des dossiers régionaux qui stagnaient depuis des années reviennent en haut de la pile : le gouvernement signe une entente pour déplacer le pont des Grandes-Fourches, on annonce qu'on va finir le prolongement de l'autoroute 410 ou qu'on va finalement le construire, le centre Femme jeunesse famille... Ça fait depuis 2002 qu'on nous en parle. »

Le parti a également dévoilé les quatre autres candidats qui défendront ses couleurs lors du scrutin du 1er octobre prochain. Outre Christine Labrie, Colombe Landry (Richmond), Andrée Larrivée (Mégantic), Annabelle Lalumière-Ting (Orford) et Kevin Côté (Saint-François) tenteront tous de devenir les premiers élus de Québec solidaire hors de la métropole.

Touchés directement

La candidate solidaire au poste de première ministre, Manon Massé, a rappelé les principaux engagements de son parti, soit d'augmenter le salaire minimum à 15 $ de l'heure, de limiter le salaire des hauts dirigeants d'entreprises subventionnées à 30 fois celui du plus bas salarié, d'offrir une assurance dentaire pour tout le monde et de stopper le financement public pour les écoles privées. Québec solidaire souhaite également renégocier à la baisse le salaire des médecins spécialistes.

« On va s'attaquer à la plus intouchable des vaches sacrées de la vieille gang. Et le plus fervent pour y toucher, c'est Amir Khadir, lui-même un médecin spécialiste. »

« Ce qu'on propose pour améliorer les services publics, ça nous touche directement ici. Les plus grands employeurs à Sherbrooke, ce sont des gens qui travaillent dans les services publics et ils sont touchés directement par ce qu'on propose. Il y a aussi une précarité assez importante à Sherbrooke et nos propositions touchent ces gens-là », soutient Christine Labrie.

Confiant que le nombre grandissant de militants et la ferveur que ces derniers affichaient lundi conduira Québec solidaire à une victoire dans Sherbrooke en octobre Gabriel Nadeau-Dubois a propose d'ignorer les sondages, qui placent le parti derrière la Coalition avenir Québec et le Parti libéral du Québec.

« Quand on a commencé la mobilisation étudiante en 2012, tous les sondages étaient contre nous. Quand on a créé Québec solidaire, tous les sondages étaient contre nous. Quand Bernie Sanders a lancé sa campagne à l'investiture démocrate, tous les sondages disaient qu'il ne gagnerait même pas une primaire. Et à chacune de ces occasions-là, la gauche a fait mentir les sondages. »

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards