Retour

La candidate libérale Marwah Rizqy attaque la CAQ sur l'immigration

Motivée par les questions identitaires et d'inclusion, Marwah Rizqy a présenté sa vision des choses, mercredi, lors de sa nomination officielle à titre de candidate libérale dans la circonscription montréalaise de Saint-Laurent. La fiscaliste a décoché au passage quelques flèches en direction de François Legault et ses propositions en matière d'immigration.

La femme de 33 ans affirme que l’élection du 1er octobre sera « particulièrement décisive » pour les Québécois qui sont, selon elle, « à la croisée des chemins ».

C’est ce qui la pousse à faire un troisième saut en politique, cette fois sur la scène provinciale.

Mme Rizqy a déjà tenté sa chance à deux reprises avec le Parti libéral du Canada.

Dans un message largement axé sur l’inclusion, Mme Rizqy dit vouloir une « vision ambitieuse et inclusive » pour la province.

Elle écorche du même coup les positions du chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Legault, en matière d’immigration.

Elle qualifie les propositions de la CAQ d’« alarmistes et populistes », et « insoutenables » d’un point de vue économique, faisant référence à l’actuelle pénurie de main-d’œuvre au Québec.

Marwah Rizqy souligne qu’avec leur modèle d’intégration des immigrants, les caquistes proposent « la petite noirceur aux Québécois ».

« On ne peut pas, au Québec, avoir ce type de discours », a-t-elle déclaré devant les journalistes.

Née au Québec de parents d’origine marocaine, Marwah Rizqy s'appuie sur sa propre histoire pour défendre ses positions.

« J’ai eu la chance de grandir dans un Québec pluriel et inclusif, où en aucun temps on m’a fait sentir différente ou essayé de m’exclure », soutient-elle.

« Le Québec dans lequel moi j’ai grandi, ajoute-t-elle, c’est le Québec où on n'a pas peur des autres, même si de prime abord, ils peuvent sembler un peu différents. »

Marwah Rizqy a aussi relaté l’histoire de sa mère, qui a dû apprendre le français à son arrivée au Québec.

« Plein de Québécois l’ont aidée, se souvient-elle. Ça a pris plusieurs années avant que ma mère maîtrise le français. Mais aujourd’hui, ma mère contribue parfaitement à la société et elle parle très, très bien le français et elle en est très fière. »

« On a besoin de Marwah et de toute l’équipe libérale pour aller encore plus loin vers notre ambition de créer un nouveau Québec du 21e siècle, celui de notre temps, mais plus important encore celui du temps de nos enfants et de leurs enfants », a pour sa part déclaré le premier ministre Philippe Couillard.

Les paradis fiscaux

Durant sa présentation, Mme Rizqy a également abordé le thème de la justice fiscale, son principal cheval de bataille. Elle entend poursuivre la lutte contre les paradis fiscaux, et sa quête de modernisation des lois.

Elle veut faire avancer plusieurs dossiers économiques. Et elle affirme que les libéraux savaient dans quoi ils s’embarquaient en choisissant sa candidature.

Quant à ses positions sur des enjeux comme les investissements de la Caisse de dépôt et placement du Québec dans les paradis fiscaux, elle martèle que son message n’a pas changé.

« Mon souhait, que j’ai déjà exprimé et que je réitère, j’espère qu’un jour la Caisse de dépôt et placement, qui est autonome et indépendante, [prenne] la bonne mesure et se retire un jour complètement des paradis fiscaux », a-t-elle indiqué sur le plateau de RDI économie, mercredi.

« À l'aise » avec le visage découvert

Marwah Rizqy affirme avoir choisi le Parti libéral du Québec parce qu’il est « à l’écoute des besoins de Québécois » et parce qu'il a « entendu aussi le message de justice fiscale et d’équité fiscale ».

Ce choix, elle l'assume, même si ses positions sur certains sujets ont parfois été contradictoires avec les positions officielles des libéraux, notamment en ce qui concerne les accommodements religieux et le port du voile.

Au moment de l’investiture libérale fédérale en 2017, Mme Rizqy avait exprimé son malaise par rapport à une exigence de services publics dispensés et reçus à visage découvert.

Interrogée mercredi au sujet de sa position sur le projet de loi 62, elle a répété à trois reprises qu’elle appuyait la position du gouvernement Couillard.

L’ambition de devenir ministre des Finances

Marwah Rizqy ne le cache pas : elle rêve de devenir un jour ministre des Finances. Même si son parti remportait l’élection, elle est consciente qu’elle a encore « beaucoup à apprendre ».

« La beauté du Parti libéral du Québec, c’est qu’on conjugue jeunesse et expérience, a-t-elle expliqué à l’émission 24/60. Présentement on a un excellent ministre des Finances, et moi évidemment je dois apprendre. Et j’ai beaucoup à apprendre. Je me fie notamment à ma collègue Dominique Anglade, ainsi qu’à M. Leitao pour faire mes classes. »

Faire de la politique « autrement »

Marwah Rizqy a participé, avec l’homme d’affaires Peter Simons, au dépôt d’un projet de loi de Québec solidaire sur la taxation des transactions réalisées par les géants du web.

Interrogée à 24/60 sur ses intentions de travailler avec d’autres partis que le PLQ pour faire avancer certains projets, elle dit vouloir continuer « de travailler de façon non partisane avec tous les partis, si c’est pour faire avancer des dossiers qui sont dans l’intérêt des Québécois ».

« Je pense que les Québécois s’attendent à ce qu’on fasse de la politique autrement, dit-elle. Puis ça, ça prend des gens qui sont prêts à traverser les autres lignes pour collaborer dans les dossiers tellement importants. »

Plus d'articles