Retour

La CAQ a le vent dans les voiles, selon de récents sondages

Deux récents sondages placent la Coalition avenir Québec (CAQ) en bonne position dans les intentions de vote pour les prochaines élections provinciales de 2018.

Le chef de la CAQ, François Legault, semble déjà se préparer pour les élections. Il multiplie les rencontres et poignées de main, martelant que son parti peut mieux faire pour l'économie du Québec.

François Legault préfère rester prudent, même si le parti creuse son avance sur le Parti libéral et le Parti québécois. « Je répète tous les jours à nos 20 députés qu'il y a beaucoup de travail à faire pour avoir une organisation dans les 125 circonscriptions du Québec ».

Selon un premier sondage Léger-Le Devoir-Journal-de-Montréal en mai, la CAQ récoltait 26 % des appuis, dépassant le Parti québécois (23 %). Le Parti libéral du Québec terminait premier, à 32 %.

D'après un autre sondage, mené pour le compte de la Gazette, la Coalition avenir Québec (CAQ) récolte désormais 32 %. Le Parti libéral (PLQ) arrive deuxième avec 31 %, tandis que le Parti québécois (PQ) obtient 24 % des intentions de vote.

Les défis de la CAQ

Le président fondateur de la firme Léger, Jean-Marc Léger, croit que la remontée de la CAQ peut être attribuée à une certaine grogne populaire. « Le problème de la CAQ, c'est que c'est plus un vote antiparti qu'un vote pro-CAQ », tempère-t-il.

Le politologue et chargé de cours à la Faculté de science politique de l'Université du Québec à Montréal, André Lamoureux, ajoute que les libéraux sont conscients de l'insatisfaction envers le gouvernement Couillard. « Et l'initiative qu'il [Philippe Couillard] vient de prendre pour la constitution est pour empêcher la CAQ de le dépasser ».

Mais pour rallier davantage d'électeurs, la CAQ doit aussi convaincre les électeurs péquistes.

Le chargé de cours à l'École de politique appliquée de l'Université de Sherbrooke, Emmanuel Choquette, soutient que la division au sein des troupes dirigées par Jean-François Lisée peut jouer en faveur de la CAQ.

« Ça voudrait dire concrètement un effondrement du vote péquiste en faveur de la CAQ et une diminution des votes libéraux pour la CAQ », résume M. Choquette.

Un des défis de la Coalition avenir Québec sera aussi de montrer qu'il est plus que le parti d'une seule personne et qu'il peut gouverner.

La question identitaire pourrait aussi nuire au parti de François Legault, mais le chef maintient qu'il faut interdire le port de signes religieux pour les personnes en situation d'autorité. Le parti veut que l'interdiction du port de symboles religieux ostentatoires soit étendue aux enseignants du primaire et du secondaire.

« On penche du côté de l'interculturalisme. Donc oui, il faut accepter toutes les cultures, mais il faut une culture commune. Et il faut mettre des balises si on veut éviter des dérapages », précise-t-il.

Il reste plus d'un an avant les élections générales, mais François Legault rêve déjà de devenir premier ministre.

D'après les informations de Louis-Philippe Ouimet

Plus d'articles

Commentaires