Retour

La CAQ attaque l'entourage de Couillard à coups de mises en demeure

Le chef de cabinet du premier ministre Philippe Couillard, Jean-Louis Dufresne, et un conseiller travaillant avec lui, l'ex-caquiste Yan Plante, sont visés par des mises en demeure envoyées par la Coalition avenir Québec. M. Couillard dénonce une « diversion » de la CAQ.

Le parti allègue que M. Plante a volé plusieurs « documents de nature confidentielle et stratégique » de la CAQ avant et après sa démission à titre de chef de cabinet adjoint de François Legault, le 27 juillet.

M. Plante a été embauché comme directeur des enjeux spéciaux et stratégiques au bureau de M. Couillard le 15 août. Il relève de Jean-Louis Dufresne.

Selon la CAQ, il a utilisé son adresse de courriel professionnelle pour transmettre des documents à son adresse personnelle, les 5, 7, 8, 18 et 20 juillet, mais aussi dans les heures qui ont suivi sa démission. 

Parmi ces documents se trouvaient l'ordre du jour du caucus présessionnel de la CAQ tenu à Saint-Jérôme et un document sur la stratégie que le parti entend suivre lors de la partielle qui aura lieu cet automne dans la circonscription du même nom.

La mise en demeure exige que les documents en question soient remis à la CAQ ou détruits et que MM. Plante et Dufresne produisent une déclaration assermentée précisant l'utilisation qui en a été faite, d'ici vendredi, 17 h.

« Ce n'est pas un jeu politique »

En conférence de presse mercredi matin, Simon Jolin-Barrette de la CAQ a précisé que la CAQ veut d'abord et avant tout s'assurer que le Bureau du premier ministre n'utilise pas ces documents. 

Selon lui, les agissements de M. Plante constituent une « violation de ses obligations de loyauté et de confidentialité envers son ancien employeur », et un « manquement à son obligation de bonne foi envers la CAQ ».

Le député de Borduas n'a pu dire combien de documents se sont retrouvés entre les mains de M. Plante au lendemain de son départ. La CAQ poursuit ses recherches pour déterminer « l'étendue de l'appropriation indue de documents », a-t-il dit.

Le parti n'exclut pas la possibilité de déposer une plainte en matière criminelle « en temps opportun », a précisé M. Jolin-Barrette

Le député caquiste accuse le Bureau du premier ministre de manquer de transparence et d'intégrité dans cette affaire. « Le premier ministre du Québec ne peut pas accepter que des individus qui travaillent pour lui aient ce genre de comportement », a-t-il argué.

M. Jolin-Barrette estime que le modus operandi de M. Plante est similaire à celui utilisé par Frédéric Schautaud, un ancien recherchiste de la CAQ qui a tenté de passer au Parti libéral. Le parti de François Legault l'avait aussi accusé d'avoir volé des documents et lui avait d'ailleurs envoyé une mise en demeure. 

Le premier ministre et sa ministre de l'Économie, Dominique Anglade, s'étaient ouvertement réjouis du changement d'allégeance de M. Schautaud, avant d'arrêter subitement son processus d'embauche. Mme Anglade avait justifié cette volte-face en disant avoir « sous-estimé la gravité des gestes posés ».

M. Dufresne a aussi été attaqué par les partis d'opposition pour le rôle qu'il aurait joué dans le dossier de la vente des actions de Rona. La CAQ tente, en vain jusqu'ici, de la faire comparaître en commission parlementaire.

Couillard accuse Legault de faire un « spectacle de diversion »

À son arrivée au caucus du Parti libéral, le premier ministre Couillard a balayé cette histoire du revers de la main. Il accuse François Legault de faire un « spectacle de diversion » qu'il assimile à du « salissage ».

« Sur le cas de M. Plante, particulièrement, toutes les vérifications ont été faites », a-t-il assuré. « On n'a aucun besoin de savoir quoi que ce soit autour de la CAQ, M. Plante ne discute pas avec nous des affaires internes de la CAQ. Et on est contents qu'il soit avec nous. »

Selon M. Couillard, M. Plante va « répéter lui-même très fortement » qu'il n'a rien à se reprocher d'ici peu.

Une source proche du cabinet du premier ministre a ultérieurement dit à Radio-Canada que M. Plante avait transmis le 9 septembre une lettre affirmant que des documents confidentiels et stratégiques qu'il avait en sa possession ont été détruits.

Selon cette même source, il a été question que ladite lettre soit déposée à l'Assemblée nationale, mais l'idée a été abandonnée pour des considérations juridiques. 

Khadir exige la démission de Lessard

Le député de Québec solidaire Amir Khadir a par ailleurs réclamé mercredi la démission du ministre des Transports, Laurent Lessard, en raison des plus récentes allégations visant un ancien employé du bureau de sa circonscription, Yvon Nadeau.

Le Parti québécois a révélé mardi que M. Nadeau s'est vu confier la location de chalets situés au pied du mont Adstock, peu de temps après que le ministre Lessard eut accordé une subvention de 1,1 million de dollars à la coopérative qui gère la station.

M. Nadeau s'est aussi retrouvé sur la sellette lorsque Le Journal de Québec a récemment revélé qu'une entreprise forestière dont il est le président et le principal actionnaire a obtenu une subvention de 3 millions de dollars en juillet 2016 du gouvernement Couillard. 

Selon Amir Khadir, le ministre des Transports du Québec doit être au-dessus de tout soupçon, particulièrement dans la foulée des allégations de pratiques douteuses qui ont touché le ministère le printemps dernier.

M. Lessard se défend d'avoir quoi que ce soit à se reprocher dans ces deux dossiers. Le premier ministre Couillard estime pour sa part que l'opposition attaque son ministre en raison de la qualité de son travail. 

Plus d'articles

Commentaires