Retour

La CAQ n'empêchera pas l'adoption de la loi sur le transport par taxi

Le leader parlementaire de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Bonnardel, a annoncé mercredi que son parti votera contre le projet de loi 100 sur les services de transport par taxi, mais donnera son consentement pour qu'il soit adopté d'ici vendredi, dernière journée de la présente session parlementaire.

En point de presse, M. Bonnardel a estimé que la loi proposée n'était pas adaptée aux changements provoqués par les nouvelles technologies. La CAQ souhaite toutefois qu'Uber et le gouvernement trouvent un terrain d'entente pour que ce service de transport rémunéré et l'industrie du taxi traditionnelle puissent parvenir à cohabiter. Le parti de François Legault n'empêchera donc pas l'adoption du projet de loi.

François Bonnardel a par ailleurs ajouté qu'il souhaitait qu'Uber paye « ses TPS et TVQ », dès l'adoption du projet de loi, ce que le ministre des Transports, Jacques Daoust, lui a promis d'exiger.

Le deuxième parti de l'opposition officielle s'est toujours positionné contre le projet de loi 100. Son chef, François Legault, avait par ailleurs déclaré en février dernier avoir « un préjugé favorable » envers un service qui vient bonifier l'« offre aux consommateurs », tout en reconnaissant qu'Uber devait être encadré. 

Délai de 90 jours

Mardi, le gouvernement libéral a annoncé que, si le projet de loi 100 sur les services de transport par taxi est adopté d'ici la fin de la session, il reportera son entrée en vigueur au mois de septembre, le temps de négocier les modalités d'un projet pilote avec la multinationale.

M. Bonnardel a prévenu que ce délai ne signifie pas qu'Uber est légal durant 90 jours. « De ce qu'on sait, l'industrie du taxi va reculer d'un pas et laisser Uber travailler », a-t-il expliqué, en soulignant que des contraventions peuvent toujours être remises aux chauffeurs d'Uber.

Le leader parlementaire de la CAQ a par ailleurs reproché au gouvernement d'avoir agi tardivement depuis l'arrivée d'Uber au Québec.

Plus d'articles

Commentaires