Retour

La CAQ nouvelle version : « un Québec fort dans le Canada »

L'heure est au repositionnement à la CAQ, bousculée par l'arrivée de Pierre Karl Péladeau à la tête du PQ, mais aussi confinée à un certain anonymat en raison de son statut de deuxième opposition à Québec, une situation ingrate qui fait en sorte que le parti « a moins de questions et moins de temps d'antenne », comme l'explique candidement Nathalie Roy, députée de Montarville.

En grande pompe mercredi après-midi, le chef de la CAQ, François Legault, a donc annoncé la réorientation de sa formation sur la complexe et délicate question nationale.

L'indépendance à la sauce Pierre Karl Péladeau du Parti québécois? Non. Le fédéralisme aux couleurs du premier ministre Philippe Couillard? Non plus. Ce que propose M. Legault aux Québécois est un nationalisme aux fortes influences identitaires, en tentant de faire des gains à Ottawa sans remettre en question l'appartenance à la fédération.

La CAQ, comme l'a expliqué la députée Nathalie Roy, est une coalition de nationalistes qui veut travailler pour avoir un Québec fort à l'intérieur du Canada.

Des changements déstabilisants

Le grand éveil nationaliste de la CAQ a été rendu nécessaire par deux événements qui l'ont visiblement ébranlée : la défaite cuisante aux mains des libéraux en juin dernier, dans la circonscription de Chauveau qui était un fief adéquiste et caquiste depuis 2007. Et, plus tôt en mai, par l'arrivée de Pierre Karl Péladeau à la tête du PQ.

Dans le premier cas, le premier ministre Philippe Couillard avait mené sa campagne en disant que sur la question du devenir politique du Québec, M. Legault n'avait « pas de position », que les caquistes étaient « sur la clôture » et même qu'ils allaient peut-être « s'associer à Pierre Karl Péladeau ». 

« Je veux qu'on ait une position mieux définie, affirme cette fois François Legault, pour que M. Couillard ne puisse pas faire comme dans Chauveau ».

Dans le deuxième cas, soit la venue de Pierre Karl Péladeau, la donne a changé pour la CAQ parce que ce dernier est venu polariser le débat.

Saisir la balle au bond dans la campagne électorale fédérale

Dans ce renouveau nationaliste qui est celui de la CAQ, il y a la volonté de donner « une porte de sortie aux Québécois qui veulent rebrasser les cartes », dit François Legault. Dans un premier temps, donc, la CAQ formule cinq demandes aux chefs des partis fédéraux qui sont en pleine campagne électorale.  

- octroi au Québec des pleins pouvoirs en matière de langue;
- octroi au Québec des pleins pouvoirs en matière d'immigration;
- octroi de la juste part du Québec dans le cadre des transferts fédéraux en santé;
- limitation au pouvoir fédéral de dépenser et rapport d'impôt unique au Québec;
- octroi des pouvoirs en matière d'évaluation environnementale pour les projets se situant sur le territoire québécois.

Par la suite, M. Legault et ses troupes entendent aller encore plus loin. Comment exactement? « Patience », intime François Legault qui explique que la CAQ peaufinera sa stratégie d'ici le début du mois de novembre, au moment de son conseil général.

À la question des journalistes qui lui demandent s'il va « rouvrir la constitution », le chef caquiste persiste à vouloir parler « d'une nouvelle entente » avec Ottawa. Et, sans jamais mentionner le mot référendum, il évoque la possibilité de consulter la population sur cette éventuelle entente avec le gouvernement canadien. 

« C'est pas une question facile en soi, a reconnu le député François Paradis en point de presse. On parle d'un Québec fort dans le Canada. [...] et il n'y aura pas de référendum. »

Des contradictions? Certes. Mais les députés caquistes n'ont de cesse de répéter que leur réflexion n'est pas terminée. 

Couillard, un fédéraliste « timide »

M. Legault a lui-même abandonné ses idéaux souverainistes dans son parcours politique, au cours duquel il a été ministre au sein d'un gouvernement péquiste. Il affirme comprendre les Québécois qui « ne souhaitent pas le statu quo et qui veulent faire progresser le Québec dans le Canada ».

Le chef de la CAQ critique le premier ministre Philippe Couillard, qui, à son avis, se montre timide vis-à-vis du fédéral, notamment en matière de langue et d'immigration. Or, dit François Legault, les Québécois sont en droit d'attendre de leur premier ministre qu'il fasse des demandes de manière à « défendre notre identité ».

« De toute évidence M. Couillard ne partage pas la grande sensibilité nationaliste des Québécois », de dire François Legault. « Et il profite du fait qu'une majorité de Québécois sont contre l'indépendance du Québec », dit-il encore.

Et, François Legault se dit persuadé d'être celui qui pourra faire faire cette transition aux Québécois. « Le PQ ne comprend pas que les Québécois sont rendus ailleurs et le PLQ est en déni de la réalité », dénonce-t-il en concluant que les Québécois souhaitent une option nationaliste « autrement ».

Plus d'articles

Commentaires