Retour

La CAQ poursuit la députée péquiste Agnès Maltais

La Coalition avenir Québec (CAQ) poursuit la députée péquiste Agnès Maltais pour diffamation et atteinte à la réputation, après qu'elle eut allégué que deux anciennes employées du Parti québécois (PQ) avaient volé des informations confidentielles du parti au profit de la CAQ. De son côté, Mme Maltais demande des excuses au chef de la CAQ, François Legault.

Le parti de François Legault soutient que Mme Maltais a accusé, sur les ondes de TVA, deux anciennes employées et bénévoles du PQ, Nicole Savard et Lynne Harpin, d'avoir illégalement téléchargé sur des clés USB des documents du parti avant de se joindre à la CAQ, en 2011. Dans cette entrevue, elle les accuse entre autres d'avoir subtilisé des listes de membres et des numéros de téléphone.

Nicole Savard et Lynne Harpin ont nié les faits reprochés par Agnès Maltais et soutiennent « n'avoir rien fait de répréhensible » lorsqu'elles ont quitté le PQ.

Jeudi, en guise d'avertissement, la CAQ a fait parvenir à Mme Maltais une mise en demeure lui enjoignant de présenter ses excuses. Le directeur des relations avec les médias de la CAQ, Guillaume Simard-Leduc, a alors affirmé à La Presse canadienne que les accusations de Mme Maltais étaient « sans fondement » et qu'il était important qu'elle les retire, sans quoi le parti se verrait forcé d'examiner des procédures contre elle.

M. Simard-Leduc a déploré que Mme Maltais ait décidé de s'en prendre à des femmes « dévouées », en faisant « de la petite politique ». Selon lui, il s'agit de « propos diffamatoires qui ternissent la réputation de ces deux femmes engagées en politique ».

Ces propos ont été repris par François Legault.

« Je travaille avec Nicole Savard et Lynne Harpin depuis 16 ans. Ce sont deux femmes remarquables, dévouées, d'une parfaite intégrité. Je suis outrée de ce qu'a dit Agnès Maltais. Je suis outré que Nicolas Marceau et le PQ l'aient laissée dire ça [...] c'est sans fondement, c'est de la petitesse de Mme Maltais », a déclaré M. Legault, en conférence de presse.

« C'est complètement farfelu de sortir ça cinq ans après [...] nous, on a deux personnes qui ont avoué avoir pris des documents à la CAQ, mais dans le cas qui nous concerne, Mme Savard et Mme Harpin n'ont pris aucun document. Je vais poursuivre Agnès Maltais. La CAQ va poursuivre Agnès Maltais et le PQ. Et je vous garantis que pour l'honneur de ces deux femmes remarquables, je vais aller jusqu'au bout », a conclu le chef caquiste.

Maltais s'en tient à sa version et exige des excuses

Agnès Maltais avait réagi en avant-midi à la mise en demeure déposée jeudi contre elle en maintenant sa version des faits. Afin de faire la lumière sur les événements, la députée péquiste avait donné des détails supplémentaires sur les faits allégués, en précisant qu'elle disposait de preuves et que François Legault était en fait un « arroseur-arrosé ».

Agnès Maltais soutient que Nicole Savard a commandé trois clés USB le 22 novembre 2011. Le lendemain, elle aurait demandé à l'administration de l'Assemblée nationale le montant de son indemnité de départ advenant une fin d'emploi, en mentionnant qu'elle était en « réflexion pour la suite des choses ».

Durant la même semaine, la collègue de Mme Savard Lynne Harpin se serait connectée plusieurs fois à la base de données du Parti québécois, toujours selon Mme Maltais. L'accès à cette base requiert un mot de passe et les opérations qui y sont effectuées sont retraçables.

La base de données regroupe les différentes informations nécessaires à la gestion du parti comme des listes de membres et de sympathisants, des données sur le financement et des listes de bénévoles et d'employés.

Agnès Maltais affirme que Mme Harpin a accédé à la base de données tous les jours entre le 22 et le 25 novembre 2011. Elle s'est également connectée le 28 novembre. Elle aurait imprimé deux fois la liste des bénévoles durant cette période.

Le 28 novembre, Nicole Savard et Lynne Harpin auraient décidé d'annoncer leur départ du parti à Nicolas Marceau afin de retourner travailler pour François Legault. Nicolas Marceau aurait immédiatement retiré l'ensemble des accès informatiques du PQ aux deux femmes. Or, deux jours après son départ, Lynne Harpin aurait tenté à nouveau de se connecter à la base de données, sans succès.

Les deux femmes seraient également parties en gardant en leur possession les clés USB commandées à la mi-novembre. Quelque temps plus tard, une employée du PQ les aurait contactées pour leur signaler la disparition des clés. Les deux femmes auraient admis les avoir emportées et se seraient engagées à les rapporter. Toutefois, vers la mi-décembre, Mme Harpin serait venue porter seulement deux des trois clés. Les deux clés en question étaient vides.

L'affaire, qui suscitait à l'époque de l'inquiétude au sein des rangs péquistes, a été portée à l'attention de la Sûreté du Québec, qui a alors recommandé l'usage d'un logiciel de récupération de données, pour voir si des informations auraient pu être subtilisées.

Quelques semaines plus tard, le PQ continuait ses démarches pour récupérer la troisième clé. Avec l'aide du logiciel et d'une société externe, le PQ aurait réussi à déterminer que certains des documents avaient été téléchargés sur les clés USB et auraient été supprimés par la suite. Le logiciel aurait révélé que les documents téléchargés comprenaient des informations propres à la base de données du PQ, comme la liste des membres du parti.

Ce matin, qualifiant la situation de « troublante », la députée de Taschereau a exigé des explications du chef caquiste, allant même jusqu'à lui réclamer des excuses. La députée péquiste avait alors laissé entendre qu'elle ne croyait pas que M. Legault intenterait une action en justice contre elle, mais elle a évoqué la nécessité de demeurer prudente.

Loin de se laisser démonter par le dépôt, quelques heures plus tard, d'une poursuite la visant, Agnès Maltais a redemandé des excuses auprès de M. Legault en début d'après-midi.

« On demande des explications, [pour savoir] quel type de gestes il va poser à l'égard de ses employées, quel type d'actions il va prendre, et des excuses », a-t-elle martelé.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Qu'est-ce qui se passe quand tu fais une détox de cellulaire?