Retour

La classe politique condamne la fusillade de la Grande mosquée de Québec

Les réactions politiques n'ont pas tardé à déferler sur les réseaux sociaux à la suite de la fusillade au Centre culturel islamique de Québec. Le premier ministre québécois Philippe Couillard, notamment a vivement condamné cette violence « barbare » sur son compte Twitter.

Un texte de Mathieu Dion, correspondant parlementaire à Québec

Ce soir, toute la classe politique se montre solidaire envers les proches des victimes et la communauté musulmane.

« Unissons-nous contre la violence, écrit Philippe Couillard. Solidarité avec les Québécois de confession musulmane. » Le premier ministre avait d’abord indiqué que « le gouvernement [était] mobilisé pour assurer la sécurité de la population de Québec ». Toutes ses activitées publiques prévues lundi au Lac-Saint-Jean ont été annulées tard en soirée.

Son ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux, a également fait savoir que le gouvernement suivait la situation de très près. Une « structure de gestion policière contre le terrorisme », qui comprend la Sûreté du Québec, le Service de police de la Ville de Montréal et la Gendarmerie royale du Canada, est déployée.

Toujours sur Twitter, le chef de l’opposition officielle, Jean-François Lisée, a évoqué une « violence intolérable » contre des musulmans de la mosquée. Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, a pour sa part exprimé son « désarroi face à cette violence insensée ».

Chez Québec solidaire, le député Amir Khadir a parlé en entrevue à RDI de stupeur face à cette tragique nouvelle. Devant l'incompréhension d'un tel geste, il montre du doigt le président américain. « On a à la tête de la plus grande puissance du monde un homme qui s’en prend à la communauté musulmane, a-t-il insisté. Je tiens [Donald] Trump en partie responsable. »

« Québec est en deuil ce soir »

Le maire de Québec, Régis Labeaume, a écrit sur Facebook que la capitale nationale est en deuil. « Mes premières pensées vont aux familles des victimes et à tous les fidèles de la mosquée de Sainte-Foy, a-t-il réagi. Toute la ville est avec vous et nous serons à vos côtés afin de traverser cette terrible épreuve qui dépasse la raison. »

M. Labeaume a également lancé un appel à l’unité et à la solidarité face à ce geste injustifiable et inacceptable.

Demeurons unis, la solidarité est la meilleure réponse à offrir devant cette tragédie humaine et gratuite.

Régis Labeaum, maire de Québec

Son homologue à la Ville de Montréal, Denis Coderre, a condamné ces « gestes insensés ». Depuis Nice où il se trouve ironiquement pour des rencontres sur l'intolérance, il a demandé aux Montréalais « de rester calme et de démontrer comme il se doit notre soif de tolérance et de respect envers tous. »

Selon M. Coderre, la surveillance a été augmentée à tous les niveaux dans la métropole.

Réactions à Ottawa

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, s'est aussi montré ébranlé par cette fusillade. « Ce soir, les Canadiens pleurent les victimes de l'attaque lâche dans une mosquée de Québec », a-t-il mentionné.

La ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly, a écrit : « Mes pensées avec les citoyens de Sainte-Foy. »

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine