Retour

La classe politique québécoise boycottera Normandeau

Les députés du Québec, tous partis confondus, n'accorderont pas d'entrevue à Nathalie Normandeau, qui fera un retour à la radio sur les ondes de BLVD 102,1, à Québec.

L'ancienne vice-première ministre du Québec, qui fait face à des accusations criminelles de complot, de corruption, de fraude et d'abus de confiance, sera de retour en ondes le 6 septembre.

« Nous voulons éviter que des députés puissent se mettre dans une situation où ils pourraient interférer dans le processus judiciaire », affirme le directeur des communications du premier ministre, Charles Robert.

Les députés libéraux n'écartent pas la possibilité d'accorder des entrevues aux journalistes de la station 102,1. « Il existe des solutions de rechange. Par exemple, un journaliste pourrait faire l'entrevue avec l'un de nos députés et présenter cette entrevue à l'émission de Nathalie Normandeau », explique M. Robert.

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, soutient aussi qu'il s'agit d'une question de « gestion de risques ».

« Je sais très bien que dans sa situation, Mme Normandeau a des consignes. Elle n'a pas le droit de parler de, ou à un certain nombre d'individus. Je ne le sais pas moi, je n'ai pas cette liste », a-t-il plaidé.

« Je sais très bien que ce sujet-là, il est devant la cour. Alors écoutez, je ne prendrai pas le risque, tout simplement, de venir enfreindre de quelconque façon le processus en cours. »

Les députés du Parti québécois ont quant à eux reçu la directive de la part du chef de l'opposition par intérim, Sylvain Gaudreault, hier soir.

Pas crédible, selon la CAQ

La CAQ abonde dans le même sens. « Nous croyons à la présomption d'innocence, mais nous jugeons qu'actuellement Mme Normandeau n'a pas la crédibilité pour parler de politique avec les élus de notre parti », indique l'attachée de presse de la CAQ, Émilie Toussaint.

Du côté de Québec solidaire, Amir Khadir indique qu'il refusera toute entrevue avec Mme Normandeau « sauf si elle acceptait de parler des liens de corruption sous le mandat de Jean Charest ».

Des élus fédéraux contre le boycottage

Deux députés libéraux de la région de Québec, Jean-Yves Duclos et Joël Lightbound, affirment pour leur part ne voir aucune raison de boycotter le micro de Mme Normandeau.

« Tant que Mme Normandeau n'a pas été trouvée coupable de quoi que ce soit, je pense que la présomption d'innocence demeure », a commenté M. Duclos, ministre de la Famille, des Enfants et du Développement social dans le gouvernement Trudeau.

« Je réponds aux invitations des radios de Québec, quelles qu'elles soient. Je vais répondre aux invitations de Mme Normandeau aussi », a indiqué M. Lightbound.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine