Retour

La Conférence des préfets de l'Abitibi-Témiscamingue demande un meilleur accès aux services ambulanciers

La Conférence des préfets de l'Abitibi-Témiscamingue demande au gouvernement du Québec d'offrir une meilleure desserte ambulancière dans certains secteurs de la région.

Un texte de Jocelyn Corbeil

L'organisme réclame la fin des horaires de faction dans les secteurs de Senneterre, Ville-Marie, Malartic et Amos.

Les horaires de faction prévoient que les ambulanciers sont sur appel à leur domicile. Lors d'un appel d'urgence, ils doivent d'abord se rendre au point de service avant de quitter à bord de l'ambulance, ce qui prolonge le délai d'intervention.

La Conférence des préfets de l'Abitibi-Témiscamingue souhaite aussi une augmentation du nombre d'ambulances sur le territoire.

« Il y a également une préoccupation en regard des nombreux transferts de patients qui sont effectués maintenant, ce qu'on appelle les corridors de services, où ce sont souvent les ambulances qui sont appelées à faire ce travail-là. C'est aussi le nombre d'ambulances qui nous préoccupe, alors à plusieurs égards on souhaite une amélioration des services ambulanciers pour avoir une qualité de desserte et une qualité de capacité d'intervention qui soit équivalentes partout où on est sur le territoire et qui corresponde aux normes qu'on s'est données partout au Québec », affirme Claire Bolduc, présidente de la Conférence des préfets de l'Abitibi-Témiscamingue.

Le CISSS-AT en discussions avec Québec

Le président-directeur général du Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Abitibi-Témiscamingue (CISSS-AT), Yves Desjardins, soutient que des discussions se déroulent actuellement avec le ministère sur les besoins de la région pour le service ambulancier.

« Ce qu'on souhaite, dans certains de nos territoires, et ça c'est en fonction des principaux indicateurs de volume, de performance décrits par le ministère de la Santé et des Services sociaux, sur certains de nos territoires, on est effectivement en demande d'ambulances supplémentaires », dit-il.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Bataille entre un criquet et une guêpe: qui gagnera?





Rabais de la semaine