Retour

La définition de l’islamophobie du conseil scolaire public de Toronto soulève des questions

Selon le B'nai Brith, la définition de l'islamophobie qui a été publiée dans un guide par le conseil scolaire public de Toronto serait trop large parce qu'elle interdit aux enseignants et aux élèves de critiquer la politique qui entoure l'islam.

Le groupe de défense des juifs demande à ce que le conseil scolaire réécrive un passage de la définition. Celui-ci définit l’islamophobie comme suit : « La peur, les préjugés, la haine ou l'aversion dirigée contre l'islam ou les musulmans, ou vers la politique ou la culture islamiques. »

Selon le B'nai Brith, une telle définition pourrait avoir des conséquences. Par exemple, des élèves ou des enseignants pourraient être punis s’ils s’expriment contre la persécution du régime iranien envers la communauté LGBTQ.

L’organisation affirme que le combat contre la haine envers les musulmans ne doit pas être un prétexte pour la légitimation des violations des droits humains.

Le conseil scolaire public de Toronto a créé ce guide dans le but de l’utiliser durant le mois d’octobre, qui est le Mois du patrimoine musulman.

Plus d'articles

Commentaires