Le Parti Wildrose et les progressistes-conservateurs de l'Alberta peuvent désormais envisager l'avenir main dans la main : une écrasante majorité de leurs membres ont voté pour l'union des deux partis de droite.

Dans chacune des formations politiques, les adhérents se sont prononcés à 95 % en faveur du mariage. La nouvelle alliance tentera désormais de défaire les néo-démocrates sous la bannière du nouveau « Parti conservateur uni ».

Dans la foulée des résultats de son parti, le chef du Wildrose a annoncé qu'il démissionnerait, une fois les documents officiels pour la création du nouveau parti déposés. « Je serai dans la course pour diriger notre nouveau mouvement », a laissé savoir Brian Jean.

Le chef des progressistes-conservateurs et ancien ministre conservateur fédéral, Jason Kenney, a pour sa part souligné le caractère non partisan de la démarche d'unification, indiquant qu'il fallait « célébrer cette étape historique pour la province » albertaine.

« Si quiconque, autre que moi-même, est élu par les membres, il aura mon soutien total, parce que ce projet d'unification ne fonctionnera que si nous sommes préparés à mettre nos égos de côté », a-t-il déclaré. M. Kenney n'a pas voulu préciser quand il se lancerait officiellement dans la course à la direction.

Les membres du caucus doivent se réunir lundi pour choisir un chef par intérim, jusqu'à ce qu'un chef soit élu le 28 octobre prochain.

L’idée de fusion est née après deux mois de négociations, le 18 mai dernier. En vertu de l’entente de principe signée par Brian Jean et Jason Kenney, le projet devait recevoir l’approbation d’une majorité des membres des deux formations politiques.Le PC sollicitait une majorité simple, soit 50 % plus un, dans les rangs de ses 50 000 membres, tandis que le Parti Wildrose devait obtenir l’accord de 75 % de ses 43 000 militants.Les deux initiateurs du mouvement se sont réjouis du récent engouement qu’a suscité le projet de fusion. Lors du dernier sprint avant le vote, le PC et le Wildrose ont vu leurs rangs grossir de façon significative.Du moins, c'est ce que soutient le Parti progressiste-conservateur, qui avance que des milliers de nouveaux membres ont adhéré à la formation politique au cours des dernières semaines. Le président du Wildrose, Jeff Callaway, parle de son côté d’une augmentation « importante » des adhésions.Le PC et le Wildrose avaient encouragé les Albertains à se procurer les cartes de membres des deux formations afin de pouvoir voter deux fois plutôt qu’une.

Le nouveau chef devrait être choisi le 29 octobre prochain. Jason Kenney a aussi manifesté son intention de se présenter dans la course.

L'ancien ministre fédéral a par ailleurs fait campagne pendant des mois sur l'idée de cette fusion des forces de droite. M. Kenney compte bien redonner ses lettres de noblesse au PC, qui a été au pouvoir pendant 43 ans en Alberta avant que le NPD ne vienne lui damer le pion, aux élections de 2015.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine