Retour

La facture pour « moderniser » l’hôtel de ville pourrait grimper à 140 millions

L'édifice historique de l'hôtel de ville de Montréal va fermer ses portes au printemps 2019. D'importants travaux visant à remettre aux normes le bâtiment et à le « moderniser » sont prévus. Une facture de 140 millions de dollars est évoquée.

Un texte de Romain Schué

L’hôtel de ville fermera complètement ses portes durant trois ans. Sa réouverture est prévue pour l'été 2022.

De nombreux travaux de mise aux normes et de restauration patrimoniale sont au programme. La Ville compte notamment rendre plus lumineux cet édifice.

L’ensemble de ces rénovations avait été estimé à 72 millions de dollars, selon le dernier Programme triennal d’immobilisations.

Cependant, afin d’optimiser la fonctionnalité du bâtiment et d’obtenir une certification LEED, la facture est estimée à ce jour à 116,4 millions. Une incertitude demeure et d’autres analyses sont en cours, a précisé la Ville.

Le coût final pourrait grimper jusqu’à près de 140 millions, afin d'offrir « de très hauts standards en matière de développement durable », a mentionné l'administration.

Une hausse des coûts

Ce chiffre n'a cessé de grimper depuis quelques années. En 2015, on parlait d'une facture de 30 millions. Deux ans plus tard, une somme globale d'environ 88 millions avait été évoquée.

En raison de la désuétude des lieux qui s'aggraverait, ce chantier est primordial, a expliqué vendredi Benoit Dorais, le président du comité exécutif.

« Ces travaux vont permettre de préserver la valeur immobilière de l'hôtel de ville et sa valeur patrimoniale », a-t-il ajouté, en précisant que les fenêtres actuelles souffrent d'un manque d'étanchéité et qu'elles seront toutes remplacées.

Réfection complète

Les réseaux de chauffage, de ventilation, de climatisation seront rénovés, tout comme le toit, les ascenseurs, les réseaux électriques, informatiques et la plomberie. Toute la tuyauterie sera remplacée et des douches et des vestiaires seront ajoutés.

« On ne peut même pas brancher [actuellement] deux affaires simples sur une prise, ça peut sauter , a précisé M. Dorais. Il fait froid, les plafonds sont hauts. Plusieurs personnes ont même des chaufferettes. »

Le bâtiment sera également désamianté et la moisissure sera enlevée.

Le marbre, la boiserie, le bronze, le revêtement de sol et la peinture seront revus, tout comme le célèbre balcon qui a accueilli le général de Gaulle en 1967.

Le célèbre balcon ouvert aux visiteurs

Il sera par ailleurs possible, dès 2022, de visiter ce balcon au cours de visites organisées, a précisé M. Dorais. Jusqu'à présent, seuls les élus et quelques dignitaires qui en faisaient la demande pouvaient y accéder.

« Les Montréalais veulent s'approprier ce moment de l'histoire, a souligné M. Dorais.

Ce dernier a également mentionné que ces rénovations permettront aux citoyens « de vivre une autre expérience » de cet édifice situé au cœur du Vieux-Montréal.

Des murs y seront enlevés afin d'agrandir le hall d'entrée et davantage d'expositions y seront proposées. Les visiteurs pourront aussi « redécouvrir des éléments architecturaux et patrimoniaux qui ont été enterrés avec le temps », a avancé M. Dorais.

Déménagement des élus dans l'édifice Lucien-Saulnier

Pendant les travaux , les élus et les fonctionnaires vont déménager à l’édifice Lucien-Saulnier, voisin de l'hôtel de ville actuel .Des travaux estimés à 9,5 millions sont d'ailleurs en cours pour adapter ce bâtiment qui était occupé, ces dernières années, par le service municipal des finances.

Les archives seront également relocalisées durant la durée des travaux.

Lieu historique national, l’hôtel de ville de Montréal a ouvert ses portes en 1878.

Un incendie a ravagé l’édifice en 1922, entraînant la reconstruction du bâtiment entre 1923 et 1926.

Avec les informations de Julie Marceau

Plus d'articles