Retour

La Fédération canadienne des étudiants recommande l’abolition des frais de scolarité à l'aube du budget provincial

Des représentants de la Fédération canadienne des étudiantes et étudiants-Ontario (FCÉÉ-O) rencontrent les députés provinciaux des trois principaux partis afin de présenter leurs six recommandations principales pour le budget provincial 2017 et les élections de 2018. Ces rencontres se déroulent dans le cadre de la Semaine de pression 2017 de la fédération étudiante.

Un texte de Marie-Christine Rioux

Comme principale recommandation, la fédération étudiante propose l’abolition des frais de scolarité pour les études post-secondaires.

Quand on a une société qui est plus éduquée, qui a un meilleur accès à l'éducation post-secondaire, on le voit statistiquement, que cette société-là va mieux performer.

Francesco Caruso, vice-président aux services et communication de la Fédération étudiante de l'Université d'Ottawa

Selon les données de l’Association étudiante, il faudrait un investissement de plus de 950 millions de dollars par an de la part du gouvernement provincial afin d’assurer la gratuité scolaire à l’ensemble des étudiants ontariens. Pour y arriver, la FCÉÉ-O propose un modèle de partage des coûts à égalité de parts entre le gouvernement provincial et le gouvernement fédéral.

En Allemagne, la gratuité scolaire vient d’être instaurée, non seulement pour les étudiants résidents, mais aussi pour les étudiants internationaux. Ça veut dire que, pour un étudiant canadien qui sait parler l'allemand, ça coûterait moins cher d'aller étudier en Allemagne que d'étudier à une université au Canada.

Francesco Caruso, vice-président aux services et communication de la Fédération étudiante de l'Université d'Ottawa

Réaction du ministère de l’Enseignement supérieur

Selon la ministre de l'Enseignement supérieur et de la Formation professionnelle Deb Matthews, l’abolition des frais de scolarité est impossible dans un avenir rapproché.

Je crois que notre système permet d'aider les étudiants qui en ont besoin et que c’est la meilleure façon de leur venir en aide pour l’instant.

Deb Matthews, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Formation professionnelle

La ministre Matthews a rappelé les investissements du dernier budget dans le Régime d’aide financière aux étudiantes et étudiants de l’Ontario (RAFEO). Par exemple, depuis septembre dernier, les revenus des parents ne sont plus pris en compte dans le cas d’un étudiant qui a quitté la résidence familiale pour poursuivre ses études.

De plus, environ 150 000 étudiants des collèges et des universités issus de familles à faibles revenus ont été exemptés de frais de scolarité.

C’est une grande amélioration qui a pris place en septembre dernier et nous nous assurons que les étudiants sont acceptés aux études post-secondaires pour leurs aptitudes académiques et non pour leur habileté à payer.

Deb Matthews, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Formation professionnelle

En janvier dernier, le ministère a lancé un nouvel outil électronique qui permet aux étudiants d'évaluer à l'avance le montant des prêts et bourses auquel ils devraient avoir droit.

L'Ontario est la province où les frais de scolarité demeurent les plus élevés au pays.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Les glucides mettent-ils notre santé en jeu?





Rabais de la semaine