Retour

La fermeture définitive d'un axe routier important préoccupe en Outaouais

Le conseil municipal de Denholm, en Outaouais, a voté unanimement vendredi soir pour la fermeture permanente du chemin Paugan, fortement endommagé par les pluies diluviennes survenues lundi. Mais puisqu'il s'agit d'un axe routier important, la ministre responsable de l'Outaouais a assuré qu'une fermeture permanente n'était pas une option.

Le chemin Paugan relie le secteur sud de la MRC Vallée-de-la-Gatineau et le secteur nord de la MRC des Collines. Il permet un raccourci de 45 minutes aux résidents de Denholm et des villes avoisinantes, comme Val-des-Monts et Val-des-Bois, pour éviter un détour par la route 307 et la route 105. De plus, des autobus scolaires, de même que les services d'urgence empruntent cette route.

Les élus municipaux ont jugé qu'il fallait fermer de façon permanente cette route, faute de moyens financiers. La remise à niveau de cette infrastructure routière a été estimée à près de deux millions de dollars par l'équipe d'ingénieurs de la Municipalité. Pour une municipalité d'environ 500 âmes qui fonctionne avec un budget de 1,6 million de dollars, la réfection représenterait un énorme investissement.

La Municipalité de Denholm souhaite que le chemin, qui est de juridiction municipale, devienne une route provinciale ou interrégionale.

De passage à Chelsea, vendredi, pour faire le point sur les intempéries en Outaouais, la ministre Stéphanie Vallée a confirmé la signature d'un décret gouvernemental rendant les sinistrés des pluies abondantes du début de la semaine admissible au Programme général d'aide financière lors de sinistres réels ou imminents. Mais l'aide proposée ne serait pas suffisante, selon le maire de Denholm, Gaétan Guindon.

« Même si on avait, au moment où on se parle, de l'aide du [ministère de la Sécurité publique], qui pourrait aller jusqu'à 80 % de la facture, il reste que la Municipalité devrait injecter 400 000 $ ce qui est le quart du budget [de la Municipalité] », a expliqué le maire de Denholm.

M. Guindon a indiqué que lors d'une consultation publique tenue au mois de mai, les résidents ont exprimé leur ras-le-bol qu'une grande partie du budget de la Municipalité soit injecté sur Paugan depuis des années.

« Ils nous ont dit que c'est la dernière fois qu'on met de l'argent dans le Paugan, parce que sinon on le ferme. On aimerait bien pour l'ensemble de la communauté et nos voisins [...] de pouvoir utilisé le Paugan, mais on n'est plus capable de rejoindre les deux bouts. [...] ça va prendre des engagements plutôt fermes pour rouvrir le chemin Paugan », a laissé entendre M. Guindon.

Les sinistres se font de plus en plus fréquents, a indiqué le maire. En 2011, une situation similaire s'était produite.

De son côté, la ministre Vallée s'est engagée à travailler avec la Municipalité pour trouver des solutions, sans fermer la porte à ce que la route devienne régionale.

« C'est un chemin qui est important, alors il faudra voir comment on accompagne la Municipalité, parce que la fermeture permanente à mon avis n'est pas une option », a-t-elle dit.

Les résidents partagés

Les résidents aimeraient bien que le chemin reste ouvert, mais seulement si les paramètres d'entretien changeaient.

« Le laisser ouvert et que ça soit la Municipalité qui soit obligée de payer pour ça, c'est impensable. Il faudrait que le ministère des Transports le prenne en charge », a jugé Roger Paradis.

« La pire chose qu'il y a là-dedans, c'est que le gouvernement devrait rentrer là-dedans pour aider, parce que c'est un grand bout de chemin.[...] Mon coeur est du côté de ceux qui vont devoir faire un grand détour », a lancé Raymond Savard.

Avec les informations de Florence Ngué-No

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine