Retour

La ministre du Patrimoine met le « Canada créatif » à l'ère du numérique

En marge du dévoilement de l'entente entre le ministère du Patrimoine du Canada et la chaîne de diffusion en continu Netflix, la ministre Mélanie Joly a présenté sa politique culturelle intitulée : « Pour un Canada créatif ».

La politique culturelle de la ministre Joly se décline en trois grands pôles :

  • investir dans les créateurs, les entrepreneurs culturels canadiens et leurs récits;
  • promouvoir la découverte et la distribution à l’échelle nationale et internationale;
  • revitaliser la radiodiffusion publique et soutenir les nouvelles locales.

Investir dans les créateurs

Le gouvernement canadien entend ainsi compenser la perte de revenus en raison de la mutation de l’auditoire traditionnel de la câblodistribution vers la diffusion sur des plateformes Internet. Ottawa augmentera sa contribution au Fonds des médias du Canada (FMC), qui était de 134 millions de dollars dans le dernier budget, pour en maintenir le niveau de financement.

La production de contenu canadien dépend du financement de ce Fonds.

Ottawa veut également mettre à contribution le Fonds pour l’innovation stratégique. « Nous sommes conscients que les industries créatives seront des acteurs clés de l’économie de l’avenir », soutient le document. « Elles font partie du Plan pour l’innovation et les compétences du gouvernement. Dans son budget de 2017, le gouvernement a prévu un fonds de 1,26 milliard de dollars sur cinq ans pour l’innovation stratégique », explique le document du ministère.

La ministre Joly souhaite également protéger les langues officielles canadiennes de même que les langues autochtones.

« Aujourd’hui, Facebook, Netflix, Spotify et YouTube offrent directement du contenu aux Canadiens – en marge du système réglementé que l’on connaît », a indiqué la ministre Joly lors de son allocution. « Ce contenu est majoritairement produit en anglais, à l’extérieur du Canada, ce qui a des répercussions différentes sur notre marché francophone et sur notre marché anglophone. »

Mme Joly soutient que le gouvernement doit demeurer vigilant, puisque cette masse d’informations pourrait noyer le contenu canadien, notamment le contenu francophone.

La ministre Joly entend aussi moderniser cette année la Loi sur le droit d’auteur, en plus de réformer le Fonds de la musique du Canada et le Fonds du livre du Canada.

Promouvoir la découverte et la distribution

La ministre Joly souhaite réviser la Loi sur la radiodiffusion et la Loi sur les télécommunications, en impliquant le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) afin de les harmoniser avec l’ère du numérique. Mme Joly, qui prévoit amorcer ces révisions dès l’automne, soutient que « ces deux lois demeureront les piliers de notre système de communication. »

Ottawa prévoit également déployer une stratégie « d’exportation pour les industries créatives » afin de promouvoir le contenu canadien lors de grands rendez-vous internationaux comme la Foire du livre de Francfort qui attire 300 000 visiteurs et 10 000 représentants des médias chaque année.

« Nous avons embauché des attachés culturels commerciaux sur d’importants marchés, notamment Londres, Los Angeles, New York, Paris, Berlin, Abu Dhabi, Jakarta, Mexico, Mumbai, l’Afrique du Sud, Shanghai, Tokyo et Washington », ajoute le document.

Revitaliser la radiodiffusion publique

Le gouvernement canadien a stabilisé le financement de Radio-Canada/CBC, qui offre une programmation canadienne dans les deux langues officielles et huit langues autochtones à la radio, à la télévision et en ligne.

Ottawa a également prévu une somme de 675 millions de dollars sur cinq ans pour stabiliser le financement de la société d’État, qui s’est engagée à faire une plus grande place à la programmation locale et à accentuer sa présence numérique d’ici 2020.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine