Retour

La récession, une nouvelle « passée date », selon Trudeau

Pour le chef du Parti libéral, Justin Trudeau, la récession confirmée mardi par Statistique Canada « n'est pas une surprise pour personne, sauf peut-être pour Stephen Harper qui a travaillé fort pour se convaincre et convaincre les Canadiens du contraire ».

Dans son allocution précédant un point de presse à Gatineau, M. Trudeau a placé ses adversaires conservateur et néo-démocrate dans le même sac, résumant le choix qu'auront à faire les Canadiens, soit « des compressions ou de la croissance et des emplois ».

Soulignant que le Canada était le seul pays du G7 en récession, le chef libéral a accusé Stephen Harper d'avoir laissé tomber la classe moyenne.

Dans une campagne où libéraux et néo-démocrates se disputent le slogan du « changement », Justin Trudeau a estimé que Thomas Mulcair ne proposait qu'une gestion du pays semblable à celle de Stephen Harper.

« On ne peut pas s'attendre à des résultats différents en répétant les mêmes erreurs, a asséné M. Trudeau. Puisqu'il cherche l'équilibre immédiatement, il va devoir revenir sur toutes les promesses qu'il a faites aux Canadiens. »

Interrogé sur ses attaques contre M. Harper au sujet des déficits, qui pourraient sembler opportunistes aux yeux de certains, M. Trudeau a continué de dire que le premier ministre sortant était coupable de ne pas avoir prévu de plan B.

En fin de compte, Justin Trudeau affirme que le plan libéral « ne repose pas sur l'annonce de ce matin pour s'établir » et que ses adversaires, surtout les conservateurs, auraient dû avoir une vision différente depuis longtemps. « Ils auraient eu besoin que les politiciens, au lieu de s'accrocher aux définitions, investissent dans leur avenir, investissent dans leur emploi », a martelé le chef libéral.

« La nouvelle qui embrase Ottawa aujourd'hui est passée date [old hat] pour les Canadiens partout au pays, a ajouté M. Trudeau. Ils savent que l'approche de Stephen Harper les laisse tomber et qu'il est temps d'avoir un gouvernement qui fait les choses différemment. »

Des données qui constituent une « bonne nouvelle » pour Harper

Les données publiées mardi par Statistique Canada démontrent que le pays a été en récession pour les six premiers mois de l'année, mais le premier ministre sortant Stephen Harper affirme néanmoins haut et fort qu'elles constituent une « bonne nouvelle ».

« Les chiffres indiquent que l'économie canadienne est revenue sur la bonne voie aujourd'hui. Les données de juin ont été publiées. Elles représentent la plus forte croissance économique mensuelle depuis plus d'un an », a déclaré le chef conservateur dans un discours prononcé à Burlington, en Ontario.

Plus d'articles

Commentaires