Retour

La santé au coeur de la dernière consultation sur les services en français

Cette dernière rencontre met fin à une série de consultations sur différents thèmes allant de la culture à l’immigration en passant par l’éducation. Les membres en ont profité pour faire le point.

La santé est au coeur des préoccupations des francophones en Alberta. Pour eux, être en mesure de recevoir un service médical dans leur langue est primordial. Ne pas être compris lorsque nous sommes dans une situation vulnérable peut sembler effrayant pour la communauté.

« Il faut qu’on ait accès à des services en français avec des professionnels qui nous comprennent dans notre langue, dans notre culture. Ça fait toute la différence », a déclaré Simone Demers, ancienne présidente de la Fédération des aînés francophones de l’Alberta (FAFA).

Elle affirme que c’est la première fois qu’elle entend parler d’une telle initiative pour aider les francophones dans la province, elle qui vit en Alberta depuis de nombreuses années.

Mot d’ordre : reconnaissance

 Je trouve ça extraordinaire que le gouvernement veut vraiment entendre ce que nous pensons. 

Simone Demers

Isabelle Laurin, directrice générale de l'Association canadienne-française de l’Alberta (ACFA) qualifie cette initiative d’inspirante. Elle ajoute que les consultations ne reposent pas seulement sur les épaules du ministre Ricardo Miranda, responsable de la culture et du tourisme, mais également sur plusieurs députés francophones de la province qui se sont impliqués.

 On sent que la volonté est venue tout d’abord de la première ministre [...], mais il y a aussi tout un paquet de députés qui parlent français, qui s’intéressent à la francophonie, qui veulent jouer un rôle là dedans. On sent que le ministre [Miranda] n’est pas seul à vouloir se battre pour nous. 

Isabelle Laurin

Pour le député provincial, Michael Connolly, la francophonie albertaine a été mise de côté depuis plus de 45 ans. Il ajoute que l’Alberta est la seule province qui possède un taux de francophone en ascension. Il dit vouloir une communauté francophone visible et reconnue.

Vers une nouvelle politique

Selon Isabelle Laurin, cette politique permettra non seulement aux francophones d’avoir accès aux différents ministères, mais sera un levier au niveau fédéral. Elle a déclaré que l’Alberta reçoit 650 000 $ par année du fédéral pour la francophonie, alors que d’autres provinces où résident beaucoup moins de francophones reçoivent 1,4  million de dollars.

Au cours des dernières semaines, plus de 150 intervenants de la communauté francophone de l'Alberta ont participé à des séances ciblées. Tout cela dans le but de tâter le pouls de la population pour établir une éventuelle politique sur les services en français.

Les Albertains qui n’ont pas participé aux consultations peuvent s'exprimer en répondant à un sondage en ligne sur le site Internet du Secrétariat francophone. Le sondage, accessible en français et en anglais, sera disponible jusqu'au 20 novembre 2016.

Le gouvernement a l'intention de présenter la politique au Conseil des ministres durant la session du printemps 2017.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Qu'est-ce qui se passe quand tu fais une détox de cellulaire?