Retour

La Saskatchewan réfléchit aussi à des revendications constitutionnelles

Le premier ministre de la Saskatchewan, Brad Wall, affirme que, si le Québec compte relancer le débat sur la Constitution, la Saskatchewan en profiterait pour aborder d'autres questions constitutionnelles.

La péréquation se trouve au sommet de la liste. Dans un communiqué, Brad Wall la qualifie de « système terriblement défectueux ».

Il déplore que ce système prenne plus de 500 millions de dollars par année à la Saskatchewan, alors que l’économie de la province est, selon lui, malmenée par les bas prix des ressources naturelles. Brad Wall ajoute que le Québec reçoit de son côté plus de 11 milliards de dollars par année en vertu du programme de péréquation.

M. Wall ajoute que cela résulte, en partie, d'une formule obsolète qui pénalise les provinces productrices de pétrole et de gaz, mais qui ne comprend pas de révision pour les provinces qui ont d'énormes réserves hydrographiques comme le Québec et le Manitoba.

De son côté, le chef par intérim de l'opposition officielle, Trent Wotherspoon, estime que son parti a longtemps plaidé auprès du gouvernement fédéral pour obtenir une entente équitable sur les paiements de péréquation.

Le Nouveau Parti démocratique de la Saskatchewan rappelle qu'en 2007, le gouvernement Calvert avait déposé un recours judiciaire contre Ottawa relativement à la nouvelle formule de péréquation.

Trent Wotherspoon accuse le gouvernement Wall d'avoir abandonné la lutte sur cette question.

Le Premier ministre du Canada a été catégorique, il n'ouvrira pas la Constitution, quelle que soit la volonté du Québec.

Enfin, le député de Regina Qu'Appelle et nouveau chef du Parti conservateur du Canada, Andrew Scheer, ne voit pas pour le moment la nécessité de rouvrir le débat constitutionnel.

Mercredi, La Presse canadienne a appris que le Québec comptait lancer une vaste offensive à travers le pays pour convaincre les Canadiens de la justesse de ses revendications, notamment de voir sa différence enfin reconnue officiellement d'un océan à l'autre.

Plus d'articles

Commentaires