Retour

La Saskatchewan s’oppose aux mesures de rétorsion contre la C.-B.

Le premier ministre de la Saskatchewan, Scott Moe, a réitéré mardi soir son soutien à l'Alberta, qui souhaite agrandir le pipeline Trans Mountain, mais s'est opposé à toute mesure de rétorsion contre la Colombie-Britannique.

Un texte de Justine Cohendet

« La Saskatchewan n’a pas prévu de participer à des mesures de rétorsion qu’y iraient à l’encontre de nos engagements commerciaux », a indiqué Scott Moe dans un message publié sur Facebook.

Mardi, l’Alberta a annoncé qu’elle suspendait toutes les importations de vin en provenance de la Colombie-Britannique.

L’objectif de cette mesure est de sanctionner le gouvernement de John Horgan, qui a proposé la semaine dernière de restreindre le transport de bitume en provenance de l’Alberta, un geste perçu par cette dernière comme une tentative de compromettre l’oléoduc Trans Mountain.

Le premier ministre de la Saskatchewan ne croit pas que le différend qui oppose le gouvernement néo-démocrate de la Colombie-Britannique et celui de l’Alberta puisse se régler par des « dispositions commerciales qui nuiront principalement aux consommateurs et aux commerçants ».

Il a fait savoir que la Saskatchewan préférait étudier les options juridiques pour forcer le pas à la Colombie-Britannique au sujet de Trans Mountain.

« Le gouvernement de la Colombie-Britannique n’a pas le pouvoir, ni de justification, pour repousser ou entraver la construction du pipeline Trans Mountain », a-t-il expliqué.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Qui est à blâmer pour cet accident?





Rabais de la semaine