Retour

La sécurité à bord des autobus continue d'inquiéter le syndicat des chauffeurs

Un an après la mort d'un chauffeur de Winnipeg Transit ayant été poignardé alors qu'il était en poste, la Ville de Winnipeg tente toujours de décider quel type de personnel de sécurité sera placé dans les autobus.

Le budget de 2018 prévoit que la Ville consacre 717 000 $ pour l'ajout de personnel et d'autres mesures de sécurité.

Le financement s'inscrit dans un ensemble d'initiatives de sécurité pour le transport en commun, qui comprennent également des vitres de protection pour les chauffeurs, l'expansion des systèmes de surveillance à bord et de la formation additionnelle pour permettre aux chauffeurs d'autobus de désamorcer les situations conflictuelles.

Ces mesures ont été approuvées par le conseil municipal à la suite de la mort, le 14 février 2017, d'Irvine Jubal Fraser. Il avait été poignardé par un passager sur le campus Fort Garry de l'Université du Manitoba.

Environ 590 000 $ des 717 000 $ seront consacrés à la création d'une « présence de sécurité », a déclaré mardi le président du conseil municipal Marty Morantz.

Mais la Ville doit encore déterminer si le nouveau service de sécurité sera composé de membres du Service de police de Winnipeg, d’agents de sécurité de Winnipeg Transit ou d'agents d'un service de sécurité privé. L'intention initiale était d'embaucher environ cinq personnes.

M. Morantz a déclaré que la décision sera prise quand le comité consultatif sur le transport en commun de la Ville déterminera la meilleure façon de procéder.

Ce comité, créé à la suite de la mort de M. Fraser, comprend un représentant du Service de police de Winnipeg.

Le syndicat dit non au privé

La section locale 1505 du Syndicat uni du transport, qui représente les chauffeurs de Winnipeg Transit, préférerait voir des policiers à bord des autobus.

« Dès le premier jour, nous avons dit clairement que nous voulions des agents de police qui travaillent soit par l'entremise du service de police ou d'une équipe de sécurité de la Winnipeg Transit , qui travaillerait alors de la même façon qu’une force policière », a déclaré Aleem Chaudhary, président de la section locale 1505 de l'UAT.

L’embauche d’une firme de sécurité privée serait « inacceptable », a-t-il déclaré.

L'anniversaire de la mort d’Irvine Fraser a frustré certains chauffeurs d'autobus, parce que la Ville n’a pas encore pris une décision, affirme M. Chaudhary.

Le syndicat des chauffeurs prévoit tenir un rassemblement à la mémoire d’Irvine Fraser, au Union Center de l’avenue Broadway, mercredi à 10 h.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Le plus beau cadeau qu'elle pouvait recevoir





Rabais de la semaine