Retour

La stratégie canadienne pour les feux de forêt largement sous-financée

Ottawa reconnaît qu'une stratégie nationale développée il y a plus de dix ans pour lutter contre les feux de forêt a connu des progrès limités, faute de financement. C'est ce que révèle un document remis au ministre des Ressources naturelles et qu'a consulté Radio-Canada.

Un texte de Raphaël Bouvier-Auclair

En 2005, les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux s'étaient entendus pour développer la « Stratégie canadienne en matière de feux de forêt ». Après d'importants feux, notamment celui qui a forcé l'évacuation de dizaines de milliers de personnes à Kelowna, en Colombie-Britannique, en 2003, les ministres responsables des forêts de partout au pays s'étaient entendus sur l'urgence d'agir.

Cette stratégie proposait de s'intéresser aux types de construction, à la gestion des territoires forestiers, mais également à des techniques d'intervention et à la collaboration entre les divers gouvernements au pays.

La déclaration d'appui à cette stratégie a été signée sous le gouvernement libéral de Paul Martin. C'est John McCallum, aujourd'hui ministre de l'Immigration, qui a apposé sa signature sur le document en tant que ministre suppléant des Ressources naturelles.

En dix ans, le développement de cette stratégie ne s'est pas déroulé comme prévu, notamment à cause de contraintes budgétaires.

Dans le cahier de breffage remis au ministre des Ressources naturelles Jim Carr à son arrivée au pouvoir, et obtenu par le biais de la Loi sur l'accès à l'information, cette stratégie est abordée.

Dans des mises à jour effectuées ces dernières années sur cette stratégie pancanadienne, le contexte économique qui a suivi la crise financière de 2008 est fréquemment mentionné.

Des investissements réduits

Même avant la crise, pour les trois premières années de mise en oeuvre du plan (2005 à 2008), les investissements, tant fédéraux que provinciaux et territoriaux, n'étaient pas au rendez-vous. Le financement projeté pour le gouvernement fédéral était, par exemple, de 328,9 millions de dollars entre 2005 et 2008. Pendant cette période, Ottawa n'y a consacré que 4,8 millions de dollars.

Pour consulter ce graphique sur votre appareil mobile, cliquez ici. 

Pour la portion du financement destiné à l'état de préparation des interventions en cas de feux, les différents gouvernements n'ont investi que 15 % du montant qui était initialement prévu entre 2005 et 2008.

Une autre mise à jour sur la stratégie a été effectuée en 2014. L'argent dépensé par le fédéral, les provinces, et les territoires n'y était toutefois pas précisé.

Ce document note toutefois que certains objectifs de la stratégie pancanadienne n'avaient pas été réalisés près de dix ans après la signature initiale.

Malgré les contraintes, un groupe de travail, qui a été créé en lien avec la stratégie, a toutefois mené des travaux. La mise à jour de 2014 indique que ce groupe avait mené ou financé divers projets, notamment pour coordonner les différentes approches en matière d'intervention et de gestion de l'information.

Des informations transmises par le ministère des Ressources naturelles montrent que le gouvernement fédéral a légèrement augmenté sa contribution financière dans la stratégie avec les années. Les montants présentés ci-dessous ne sont que ceux versés par Ressources naturelles Canada et n'indiquent donc pas ce qui aurait pu être investi par d'autres ministères. 

Pour consulter ce graphique sur votre appareil mobile, cliquez ici. 

Le ministre Carr veut revoir la stratégie

Le bureau du ministre des Ressources naturelles explique qu'il travaille présentement à renouveler la stratégie. Le Conseil canadien des ministres des forêts se réunira d'ailleurs en juin pour discuter de la question.

« Le renouvellement de cette stratégie est opportun vu les feux dans le nord de l'Alberta et les discussions nationales sur l'adaptation aux changements climatiques », indique un porte-parole du ministre Carr.

Le ministère des Ressources naturelles s'attend d'ailleurs à ce que le Canada soit la « scène d'incendies de végétation plus fréquents et potentiellement catastrophiques ». La hausse des dépenses liées à ce type de désastre est estimée par Ottawa à 800 millions de dollars par année.

Feu de forêt à Fort McMurray

Plus d'articles

Commentaires