Retour

La tutelle à L'Assomption sera levée le 20 février

La Commission municipale du Québec (CMQ) mettra fin ce mois-ci à la tutelle de la Ville de L'Assomption, dans la région de Lanaudière, alors que l'ex-maire Jean-Claude Gingras est en attente d'un procès criminel pour abus de confiance prévu en 2018.

La mairesse suppléante de la Ville de L'Assomption, Maryse Turgeon, a fait l'annonce de la décision lundi. Au nom des membres du conseil municipal, elle a affirmé que l'intervention du gouvernement du Québec avait « finalement permis de rétablir un climat de travail professionnel, serein et respectueux au sein de l'administration et du conseil municipal ».

L'administration du maire Gingras, élue en novembre 2013, avait été mise sous tutelle par le gouvernement à peine 20 mois plus tard.

L'ex-ministre des Affaires municipales Pierre Moreau, qui avait décrété la tutelle en mai 2015, avait qualifié la situation à L'Assomption de véritable « chaos ».

Une enquête de la CMQ avait formulé une série de 29 blâmes, adressés principalement au maire Gingras et à l'ex-directeur général de la Ville, Jean Lacroix, a rappelé lundi la Ville de L'Assomption.

En décembre dernier, M. Gingras avait été déclaré « provisoirement incapable d'exercer toute fonction liée à sa charge de maire » par le juge Michel Yergeau, de la Cour supérieure du Québec.

Le maire Gingras « a dû être exclu »

« Nous avons travaillé fort, en toute transparence et solidarité, pour rétablir la bonne gestion de la Ville, en collaboration avec les deux commissaires nommés par le gouvernement, Mme Martine Savard et Mme Denis Michaud, et nous tenons à les remercier », a mentionné par communiqué la mairesse suppléante.

« Pour arriver à ce résultat, le conseil municipal a dû exclure le maire Gingras de toutes ses rencontres de travail afin de rétablir une administration responsable et respectueuse à la fois de ses citoyens et des employés de la Ville », a-t-elle ajouté.

La levée de la tutelle aura lieu le 20 février.

Plus d'articles