Retour

La Ville de Nanaimo attaque son propre maire en justice

La mairie de Nanaimo, sur l'île de Vancouver, a déposé une plainte contre son propre maire, Bill McKay, après une succession de litiges accumulés depuis le printemps dernier.

Au cœur de l’affaire : l’ancienne assistante du maire, Marilyn Smith, qui a travaillé aux côtés de l’élu pendant plus de 25 ans.

Après avoir été réaffectée en avril dernier, Marilyn Smith est partie en congé maladie et a déposé deux plaintes de congédiement déguisé et d’atteinte aux droits de la personne. Elle est finalement parvenue à un accord pour un montant non dévoilé.

Selon la déclaration de plainte déposée le 28 décembre par la Ville, le maire a présumément partagé avec Marilyn Smith un courriel confidentiel du directeur administratif. La Ville affirme que la missive contenait des informations personnelles concernant « un problème de ressources humaines » avec Mme Smith.

Il était aussi expressément demandé de ne pas communiquer ces informations à l’intéressée en raison « d'un litige envisagé ».

Or, la plainte stipule que le maire a partagé lesdites informations avec Mme Smith qu’elle a ensuite utilisées pour soutenir sa propre plainte contre la Ville.

« Pas une surprise » pour le maire

Dans une déclaration écrite, le maire assure n’avoir été informé de la plainte que très récemment et qu’il n’en connaissait pas encore suffisamment les détails pour commenter. Il a, toutefois, confié à la radio Check News « ne pas être surpris », compte tenu de l’ambiance des derniers mois.

Cette poursuite survient, en effet, après une série de disputes entre le maire et plusieurs conseillers. En novembre, la Ville a même demandé à la Gendarmerie royale du Canada d’enquêter sur l’affaire et sur d’autres allégations. Le mois précédent, en octobre, une réunion du conseil municipal avait quelque peu dérapé notamment avec des propos déplacés du conseiller Gord Fuller.

Avant cela, en mars, sept conseillers avaient signé une lettre demandant la démission de Bill McKay et faisant état d'allégations d’intimidation. Le maire avait refusé de partir.

Selon un porte-parole de la Fédération canadienne des municipalités, le cas d’une Ville portant plainte contre son propre maire est, à ce jour, inédit.

Avec des informations de Madeline Green

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine