Retour

La visite de Le Pen embarrasse la classe politique québécoise

La présidente du Front national, Marine Le Pen, a un message à communiquer, mais peu d'interlocuteurs. En visite au Québec, les principaux partis politiques la boudent. Elle a rencontré des jeunes qui se décrivent comme des militants du Parti québécois, mais dont se dissocie fermement le chef Pierre Karl Péladeau.

« J'ai été choqué lorsqu'on m'a informé aujourd'hui que des personnes, s'affichant comme des "jeunes du Parti québécois", mais ne représentant qu'eux-mêmes et n'occupant aucune fonction au parti, ont rencontré la présidente d'un parti politique français en visite au Québec », écrit-il, sur Facebook.

« Au nom du Parti québécois, je tiens à dissocier formellement notre formation politique et ses instances de toute activité ou rencontre, issue d'initiative personnelle, avec des représentants de ce parti dont l'histoire, la doctrine et les propositions sont aux antipodes des valeurs du Parti québécois », poursuit le chef péquiste au sujet du parti d'extrême droite français, anti-immigration et anti-libre-échange.

Sur Twitter, comité national des jeunes du Parti québécois (CNJPQ) s'est aussi dissocié de la rencontre, relayant le message de M. Péladeau.

La polémique a débuté lorsque Sébastien Chenu, conseiller régional de Picardie-Nord-Pas-de-Calais et délégué national du Rassemblement Bleu Marine - un mouvement rattaché au FN -, a publié sur Twitter une photo et un message indiquant que Marine Le Pen avait rencontré « les jeunes militants du Parti québécois » et que l'échange avait été « passionnant .

De passage à l'émission Gravel le matin, le député péquiste Bernard Drainville avait pourtant déclaré cette semaine que la chef du FN n'était pas la bienvenue au Québec.

Des messages à passer sur la francophonie et l'immigration, mais peu de volontaires pour la recevoir

Marine Le Pen passera la semaine au Canada, dans le cadre de la visite de la Commission du commerce international du Parlement européen dont elle est membre.

Elle se déplacera dimanche à Québec dans le cadre de la Journée internationale de la Francophonie, où elle prendra la parole.

« Je veux porter aussi ce message de la francophonie pour lequel j'ai de grandes ambitions, qui est aujourd'hui en recul, qui est abandonné notamment par le gouvernement français, qui semble être aussi abandonné - faut bien le dire - par les élites québécoises, à mon grand désespoir », a confié Marine Le Pen à Radio-Canada.

Elle aurait aussi bien aimé discuter d'immigration avec les politiciens québécois. Or, la majorité d'entre eux refuse de la rencontrer. 

Le cabinet du premier ministre Couillard a assuré qu'il ne la rencontrera pas. La Coalition avenir Québec a quant à elle été approchée par le parti d'extrême droite, mais le parti de François Legault a décliné l'invitation.

Bien qu'il admette que ses idéologies soient opposées aux siennes, Amir Khadir s'est dit prêt pour sa part à s'asseoir la présidente du FN. « Comprenez-moi bien, c'est par humanisme que je me suis offert », a déclaré le député de Québec solidaire, qui désire démontrer à Marine Le Pen « que le Québec n'est pas un terrain xénophobe ».

« C'est une Française qui arrive au Québec, alors on n'est pas pour la repousser, de poursuivre le député de Mercier. Ce serait lui servir la même médecine qu'elle sert aux immigrants comme moi. »

La chef du FN doit rencontrer des politiciens fédéraux, selon Sébastien Chenu, mais ce dernier n'a pas précisé de qui il s'agit : « ils ne nous ont pas donné l'autorisation de le dire ».

Selon le quotidien Le Figaro, Marine Le Pen rencontrera deux ministres canadiens (Commerce international et Économie), à titre de membre de la délégation de la Commission du commerce international du Parlement européen. Dans un courriel, l'attaché de presse de la ministre canadienne du Commerce international précise que Chrystia Freeland rencontrera bien la délégation européenne, « mais Marine Le Pen ne sera pas présente ».

Quant au parti conservateur fédéral, il indique que sa chef Rona Ambrose ne rencontrera pas non plus la politicienne controversée.

Par ailleurs, selon le journal Le Monde, la présidente du FN visitera l'usine de Bombardier, assistera à un match de hockey et conduira même un traineau à chiens. Interrogé à ce sujet, Sébastien Chenu a déclaré : « je ne contredis pas ces infos », tout en ajoutant que son programme détaillé serait dévoilé dimanche.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine