Retour

Lancement de la Fondation Raif Badawi pour la liberté

Des proches du blogueur Raif Badawi ont lancé la Fondation Raif Badawi pour la liberté pour favoriser l'éducation à la liberté de presse et à la liberté d'expression.

L'annonce a été faite simultanément en Allemagne et à Montréal. La femme de Raif Badawi, Ensaf Haidar, également présidente de la Fondation est justement à Berlin, où elle a rencontré plusieurs dignitaires pour solliciter leur appui afin de faire libérer son mari.

La Fondation Raif Badawi pour la liberté organisera des ateliers, des conférences, des séminaires et des colloques pour soutenir la recherche effectuée entre autres par des professeurs d'université. Elle entretiendra également des liens à l'échelle internationale afin de communiquer les résultats de ces recherches au plus grand nombre possible.

Appel aux partis en campagne électorale

La directrice générale de la Fondation a profité de l'occasion pour interpeller les partis politiques fédéraux dans le cadre des élections fédérales.

« Aujourd'hui, j'interpelle directement Justin Trudeau, Thomas Mulcair, Gilles Duceppe, Elizabeth May et Stephen Harper et les invite à prendre position en faveur des droits des blogueurs et des journalistes emprisonnés pour avoir exercé leur métier. Je les invite à s'engager clairement pour la liberté de presse et à proposer des mesures concrètes pour la libération du blogueur Raif Badawi », a sommé Évelyne Abitbol, directrice générale et cofondatrice de la Fondation.

Toujours emprisonné

Rappelons que Raif Badawi est emprisonné depuis le mois de juin 2012 et accusé d'insulte à l'Islam. Il a été condamné à mille coups de fouet en Arabie saoudite.

Badawi n'a subi qu'une seule séance de coups de fouet. Après 50 coups en janvier dernier, toutes les autres séances de flagellation de l'homme de 31 ans ont été reportées, en raison de son état de santé.

En août dernier, la Cour suprême de l'Arabie saoudite devait revoir la cause de Badawi selon un haut fonctionnaire du pays qui a parlé à son épouse. 

Amnistie internationale n'avait pas été en mesure de confirmer cette information.

Plus d'articles

Commentaires