Retour

Le bilan d'Éric Forest: de l'intangible et du concret

Les éloges pleuvent et les critiques sont rares quand on demande à des citoyens ou des acteurs du milieu ce qu'ils vont retenir des 11 années d'Éric Forest à la mairie de Rimouski.

Sur sa page Facebook, les commentaires sous son billet d'adieu illustrent combien l'homme a été apprécié: « un leader exceptionnel », « un grand homme », « le meilleur des maires du Québec! », « un maire extraordinaire », « un maire éminemment utile et efficace » pour sa ville, « merci d'avoir fait de notre ville ce qu'elle est », « vous nous avez rendus fiers d'habiter à Rimouski » sont quelques-unes des affirmations élogieuses rédigées par des internautes, qui, pour plusieurs, sont des femmes.

Rarement voit-on un tel concert d'éloges, surtout pour un homme qui poursuit sa carrière politique et qui a exercé le pouvoir pendant une aussi longue période de temps.

Il a joué un rôle comme on l'espère aujourd'hui de nos élus. Il a travaillé au développement intégré de sa ville.

Marie-Josée Fortin, professeure en développement régional, UQAR

La professeure en développemen régional, Marie-Josée Fortin, tout comme l'ancien président de Telus Québec, Hugues Saint-Pierre ou l'ancien porte-parole du groupe Une piscine pour tous, Sébastien Bolduc, note que son influence a largement dépassé les frontières de sa ville.

Son élection à la présidence de l'Union des municipalités du Québec ou sa nomination au conseil d'administration d'Hydro-Québec lui ont permis d'ouvrir des canaux pour aider au développement de sa ville, mais aussi d'accroître la notoriété de Rimouski.

C'est quelqu'un qui pouvait porter un propos de qualité sur nos régions [auprès des décideurs nationaux].

Marie-Josée Fortin, professeure en développement régional, UQAR

Il aura donné une fierté à sa ville.

Marc Parent, conseiller municipal, district Le Bic

Si le prédécesseur de monsieur Forest, le maire Michel Tremblay, a laissé sa marque en donnant à Rimouski des infrastructures grandioses comme la nouvelle salle de spectacle et la Promenade de la mer; Éric Forest, lui, laisse un héritage plus intangible.

Sous sa gouverne, dit la professeure Fortin, la ville de Rimouski s'est « bien positionnée dans l'imaginaire collectif à l'échelle du Québec ». C'est la ville avec un accès au fleuve, avec une université, avec une grande qualité de vie.

Ce qu'il a fait 

  • Ce qu'il n'a pas fait 

Des critiques

Celle qui est souvent intervenue au conseil municipal pour inviter la ville à dire non au transport du pétrole par train, la professeure Patricia Posada du cégep de Rimouski, dit qu'il est « difficile en ce moment de faire une critique » du maire.

Sa nomination au Sénat lui vaut une sorte d'admiration. Comme maire, « il a fait un très bon travail », dit-elle, notamment dans l'aménagement de la ville et la promotion de la culture. Mais, prudemment, elle exprime un regret.

Pendant longtemps, Rimouski a été une ville étudiante. Et, en très peu de temps, elle est devenue une ville de personnes âgées.

Patricia Posada, professeure, cégep de Rimouski

La critique est plus virulente quand elle vient de celui qui a contribué au dépôt d'une pétition de 12 000 noms pour demander à la ville d'assumer les coûts des bris des aqueducs et égouts dans les entrées privées.

L'ancien conseiller municipal, Roger Lavallée, dit que dans ce dossier monsieur Forest a été « très mauvais ».

Pendant des années, il ne s'est pas préoccupé de ce dossier. On l'a forcé à bouger. Non, je ne suis pas prêt à lui pardonner cela

Roger Lavallée, ex-membre du Comité Aqueduc/égouts, Rimouski

Monsieur Lavallée est encore plus cinglant quand il parle des hausses de taxes municipales sous l'administration Forest. Ce fut « très, très abusif », dit-il avant de lancer: « Je n'aurai pas de regrets à voir partir monsieur Forest ».

Son leadership

Les personnes qui ont travaillé de près avec Éric Forest soulignent ses qualités de rassembleur.

Pour l'ancien président de la Conférence régionale des élus du Bas-Saint-Laurent et préfet de la MRC de Rivière-du-Loup, Michel Lagacé, monsieur Forest est un « leader exceptionnel » dont l'héritage est bien réel à Rimouski, mais aussi dans la région et même au Québec. Le conseiller municipal Marc Parent, lui, parle d'un leadership incroyable.

Il est capable de mobiliser les gens.

Marc Parent, conseiller municipal, district Le Bic

Monsieur Parent a déjà parlé d'Éric Forest comme d'un Wayne Gretzky ou d'un Mario Lemieux du monde municipal. « C'est un joueur étoile », dit-il encore aujourd'hui, et celui ou celle qui lui succèdera aura, selon ses mots, d'immenses souliers à chausser.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Qu'est-ce qui se passe quand tu fais une détox de cellulaire?