Retour

Le Bloc québécois contre les achats en dollars américains au Québec

PRIMEUR - Le Bloc québécois demande au gouvernement Trudeau de mettre en place une loi pour empêcher les commerçants d'obliger leur client à payer en devise étrangère, comme c'est le cas pour la station de ski Tremblant.

Un texte de Philippe-Vincent Foisy, correspondant parlementaire à Ottawa

La semaine dernière, on apprenait que l'entreprise américaine propriétaire du centre de villégiature situé à Mont-Tremblant, Alterra Mountain Company, offre un abonnement de saison pour toutes ses stations de ski au Canada et aux États-Unis, mais que cette passe annuelle ne peut être achetée qu'avec des dollars américains.

Cette décision a aussi causé de la frustration dans le reste du pays, notamment à la station de ski Blue Mountain, située à 150 km au nord de Toronto.

Selon le chef parlementaire du Bloc québécois, Xavier Barsalou-Duval, les consommateurs canadiens vont devoir payer plus cher, notamment parce qu’ils devront payer les frais de change.

« Ce n’est pas vrai qu’on va obliger monsieur et madame Tout-le-monde à faire des réserves de devises étrangères pour faire leurs achats quotidiens, » a indiqué à Radio-Canada le député qui a été contacté par une citoyenne qui déplorait la situation.

Après des recherches, Xavier Barsalou-Duval a constaté qu’il existe un vide législatif, créé par la dématérialisation des achats en ligne.

Le député de de Pierre-Boucher–Les Patriotes–Verchères craint que d’autres entreprises américaines, comme Walmart ou Best Buy, décident d’emboîter le pas à Alterra Mountain Company.

M. Barsalou-Duval a donc écrit au ministre des Finances Bill Morneau et au ministre de l’Innovation Navdeep Bains afin que le gouvernement légifère.

« L’économie subirait des effets négatifs, par le fait que notre capacité à prédire les prix se trouverait diminuée. Cela nuirait à la consommation », écrit Xavier Barsalou-Duval dans la lettre dont Radio-Canada a obtenu copie.

Le propriétaire de la station de ski de Mont-Tremblant a annoncé la semaine dernière qu’il investira 17 millions pour améliorer ses infrastructures en vue de la saison 2018-2019.

Le président et chef de l'exploitation de la station, Patrice Malo, a alors indiqué que malgré les critiques formulées par rapport à une hausse des prix, l'offre de produits – y compris le nouveau laissez-passer qui donne aussi accès aux autres stations de ski en Amérique du Nord – est « très, très, très satisfaisante ».

Plus d'articles