Retour

Le budget provincial bien accueilli au Bas-Saint-Laurent

Le plus récent budget du gouvernement provincial est bien accueilli au Bas-Saint-Laurent. Les réductions d'impôt pour les petites et moyennes entreprises (PME) et les mesures pour répondre au manque de main-d'œuvre sont entre autres source de satisfaction.

Un texte d’Édith Drouin

Dans un budget qu’il considère à saveur électoraliste, Mathieu Duchesne, secrétaire-trésorier à la Chambre de commerce et de l'industrie Rimouski-Neigette, décèle plusieurs mesures qui sauront plaire aux particuliers et aux entrepreneurs.

L’une de ces mesures est la réduction du fardeau fiscal des PME. La taxe sur la masse salariale sera réduite et l'impôt sur le revenu des PME des secteurs des services et de la construction sera diminuée graduellement de 8 à 4 %.

Mathieu Duchesne considère que les PME ont été « un peu négligées » au cours des dernières années. Il explique qu’elles ont fait face à plusieurs obstacles, dont l'augmentation du salaire minimum et l'élimination de certains avantages fiscaux.

Il estime que les mesures incluses dans le budget auront pour effet d’aider les entrepreneurs à développer leur entreprise, ainsi qu’à investir et embaucher davantage.

Former et retenir la main-d’œuvre

M. Duchesne salue aussi les investissements de 24,3 millions de dollars pour adapter l'offre de formation aux réalités des régions et aux besoins en main-d'œuvre.

Le fait d’arrimer l'offre de formation avec les besoins des entrepreneurs sera, selon lui, un des grands défis de la région au cours des prochaines années.

Le maire de La Pocatière, Sylvain Hudon, considère aussi cette mesure comme un « pas dans la bonne direction ». Il espère cependant que le gouvernement prendra le temps d’écouter les milieux dans lequel l’argent sera investi pour réellement répondre aux besoins des entreprises locales.

Dans la même enveloppe, Québec s’engage aussi à investir 190 millions de dollars pour favoriser l'intégration des nouveaux arrivants sur le marché du travail. Une mesure attendue par le maire de Trois-Pistoles, Jean-Pierre Rioux.

Le maire indique que le manque de main-d’œuvre commence à se faire sentir dans la région et que des mesures devront rapidement être adoptées pour faire face au problème qui sera de plus en plus sérieux.

Rien sur Bombardier et ni sur l'autoroute 20

Bien que les libéraux n’aient pas lésiné sur les dépenses dans leur budget 2018, deux éléments importants pour la région brillent par leur absence.

Le document ne contient pas d’engagement quant à l'achat de voitures Azur supplémentaires pour le métro de Montréal, malgré un investissement de près de 4 milliards de dollars pour le prolongement de la ligne bleue.

La production de voitures supplémentaires aurait pu aider à assurer la pérennité de l'usine de Bombardier à La Pocatière, selon le maire Sylvain Hudon.

Le maire espère par contre que des annonces soient faites ultérieurement, puisque le budget est encore peu détaillé.

Pour ce qui est du prolongement de l’autoroute 20, la Chambre de commerce indique qu’elle aurait voulu voir le projet à même le budget. Mathieu Duchesne précise toutefois qu’il a encore espoir que le projet se réalise, puisque les projets du Plan québécois des infrastructures sont parfois annoncés de façon indépendante.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards