Retour

Le candidat Pat Stogran abandonne la course à la direction du NPD

L'un des candidats en lice dans la course à la direction du Nouveau Parti démocratique (NPD), Pat Stogran, a jeté l'éponge samedi, et a prétendu que certains membres du parti ne voulaient pas le voir gagner.

Dans une vidéo partagée samedi sur YouTube [en anglais], M. Stogran déplore que les travaux internes du NPD soient « fondamentalement défectueux ».

« La lutte contre l'ordre établi en politique, tout en tentant de s'attaquer aux personnes de l'interne qui ne veulent pas me voir gagner, s'est révélée insurmontable », a-t-il dit dans la vidéo de cinq minutes.

Il reproche au parti d'avoir placé des « obstacles majeurs » sur le chemin des candidats qui souhaitaient rebâtir le parti avec la base militante.

M. Stogran, un ancien officier militaire qui a servi en Afghanistan, a dit que le service pour le plus grand bien commun était « sa mission de vie ».

« Alors que j'entre dans l'âge d'or, j'en suis venu à la conclusion que mon amour pour ma famille surpasse de loin mon amour de la politique, surtout pour la politique égoïste et incompétente », a-t-il lancé.

Il a ajouté que le NPD ne pourrait jamais former le gouvernement sans se réformer lui-même – et il ne croit plus que cela est possible.

M. Stogran dit démissionner avec « beaucoup de tristesse » et a remercié ses partisans et son équipe de campagne qui l'ont appuyé dans sa démarche pour s'attaquer à « l'ordre établi en politique ».

Né à La Sarre, au Québec, M. Stogran a été soldat d'infanterie la majeure partie de sa vie. Il a aussi été ombudsman des vétérans pendant trois ans.

Il reste maintenant cinq candidats dans la course à la succession de Thomas Mulcair, qui s'était fait montrer la porte par les membres après un résultat électoral décevant pour le parti en 2015.

Au moins deux des cinq autres candidats ont fait part de leur déception quant au retrait de M. Stogran.

Le député Charlie Angus a été le premier à réagir sur son compte Twitter, suivi de son collègue Peter Julian.

Plus d'articles

Commentaires