Retour

Le CEF et le gouvernement nient avoir censuré des élèves lors d’une visite de Scott Moe

Le gouvernement de la Saskatchewan et le Conseil des écoles fransaskoises (CEF) se défendent d'avoir censuré des élèves lors de la visite officielle du premier ministre Scott Moe et du ministre de l'Éducation Gordon Wyant le 25 mai. Le père d'une élève de 11 ans dit que les questions des jeunes de l'École Providence à Vonda, en Saskatchewan, ont été filtrées par l'établissement avant l'évènement auquel les médias n'ont pas été invités.

Un texte d’Andréanne Apablaza

Dans un message publié sur sa page Facebook, Keith Jorgenson se dit « profondément déçu » et ajoute qu’il ignore de qui vient l’idée suggérant que c’était « peut-être une demande du bureau de M. Moe ou le désir d’impressionner de l’école ».

Le père souligne que « cela envoie le mauvais message aux enfants qu’il y a de bonnes questions [...] et des mauvaises et que nous devrions nous censurer ».

Keith Jorgenson, qui s’est présenté à la nomination du Nouveau Parti démocratique provincial en juillet 2017 dans Saskatoon-Fairview, nie avoir des motifs politiques en portant ces accusations.

Il dit que sa fille de 11 ans n’a pas soumis ses questions pour approbation parce qu’elle craignait être réprimandée. Selon son père, ses questions portaient sur les compressions budgétaires en éducation et le manque de financement pour les traitements en toxicomanie.

L’homme soutient qu’ « incontestablement, l’école a filtré les questions ». La direction de l’École Providence s’est défendue sur sa page Facebook, en disant « qu’aucune des questions suggérées par les élèves n'a été interdite » et que « les élèves ont pu poser librement les questions qu'ils souhaitaient poser sans aucune intervention de qui que ce soit ».

Le CEF, qui gère les établissements scolaires francophones de la province, dont l’École Providence, a réagi dans le même sens. Le porte-parole du CEF, Claude-Jean Harel, ne sait pas s’il y a eu quelconque intervention des professeurs dans le processus. « Mais si cela a été le cas, il s’agit d’une volonté d’éviter la répétition de questions, par souci de variété ». Il ajoute qu'aucune question n'a été filtrée.

Le gouvernement provincial nie aussi toute tentative de censure de la part du bureau du premier ministre lors de cette visite. « Les questions n’ont pas été ‘’présélectionnées’’ par le bureau du premier ministre », selon l’attaché de presse de Scott Moe.

Évènement historique, resté privé

Selon le porte-parole du CEF, il s’agissait de la première visite officielle d’un premier ministre provincial dans une école fransaskoise « depuis très longtemps ».

Malgré la nature historique de ce moment, les membres de la presse n’ont pas été conviés, et la visite n’a pas été annoncée dans le calendrier des évènements publics du gouvernement.

Le Bureau du premier ministre et le CEF estiment qu’il n’est pas inhabituel de ne pas inviter les médias lors d’évènements ou de rencontres, comme les visites d’établissements scolaires.

Le CEF n'a pas précisé qui a initié la rencontre, mais l’attaché de presse de Scott Moe confirme que la visite a été organisée à la suite d’une invitation de l’École Providence.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Les 10 meilleures destinations vacances lorsqu'on est végane





Rabais de la semaine