Retour

Le chef du seul service de police autochtone saskatchewanais heureux d'être mieux financé

Le chef du seul service de police autochtone de la Saskatchewan se réjouit du financement de 291 millions de dollars qu'Ottawa injectera dans le Programme des services de police des Premières Nations (PSPPN) au cours des cinq prochaines années.

Le ministre de la Sécurité publique et de la Protection civile du Canada, Ralph Goodale, a annoncé mercredi à Winnipeg que le financement arrivera au début de la prochaine année fiscale et concernera les communautés qui participent déjà au PSPPN. L'argent servira à améliorer les salaires, à embaucher du personnel et à acheter des équipements pour ces services de police.

Le chef du service de police de la Première Nation de File Hills, dans le sud-est de la Saskatchewan, affirme que ce financement pourra l’aider à recruter de nouveaux agents.

« Nous avons beaucoup perdu », raconte ce dernier, Lennard Busch. Il explique qu’il est en compétition avec d’autres services de police, comme la Gendarmerie royale du Canada (GRC) et les polices municipales [lorsque vient le temps d'embaucher du personnel], et que ces sommes contribueront à retenir ses employés.

Le service de police de la Première Nation de File Hills existe depuis 2000 et compte 16 employés, dont 2 caporaux, 6 agents de police, 5 agents spéciaux et 3 membres du personnel de soutien.

Lennard Busch aimerait embaucher deux ou trois agents de police de plus pour assurer la supervision d’une zone géographique plus étendue. Leur territoire comprend les communautés de Peepeekisis, d'Okanese, de Starblanket, de Little Black Bear et de Carry the Kettle. Se déplacer de l’une à l’autre en voiture peut prendre plus d’une heure, selon lui.

Il espère aussi que ces fonds pourront servir à compenser la hausse du prix de l’essence.

De l’argent pour fortifier les partenariats

Ces sommes d’argent seront partagées entre 450 Premières Nations et communautés inuites au Canada, dont 33 en Saskatchewan.

À l'exception des cinq dont est chargée la police de File Hills, les services de police des autres communautés touchées sont assurés grâce à des partenariats gérés par la GRC.

C’est pour cette raison que Lennard Busch se dit « prudemment optimiste » sur les réels gains dont va bénéficier son régiment. « On peut au moins assurer, à court terme, que nos employés auront du travail pour un moment encore », dit-il.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards