Retour

Le chef Gilbert Dominique brandit la menace d’une poursuite pour faire accélérer les négociations territoriales

Gilbert Dominique en a assez que les négociations piétinent. Lui qui avait bon espoir de conclure une entente il y a quelques mois prend les grands moyens pour manifester son ras-le-bol.

« Il manque d’investissement du milieu politique, il y a peu de leadership pour mener à bien les négociations », rage M. Dominique.

À son avis, les négociateurs n’ont pas assez de pouvoir à la table de discussions.

On a le sentiment qu’on nous pellette par en avant et qu’on fait du surplace.

Gilbert Dominique, chef de bande

Il lance donc un ultimatum : s’il n’y a aucun avancement d’ici le 31 mars, il se lancera dans une bataille juridique.

Il réclame un échéancier clair, mais le gouvernement du Québec refuse de commenter parce que les négociations sont en cours.

Plus d'articles