Retour

Le Collège Aurora doit rester à Fort Smith, selon des résidents

Les recommandations de l'examen des activités du Collège Aurora continuent de faire de mécontents à Fort Smith. Lundi soir, une centaine de résidents ont participé à une rencontre avec la ministre de l'Éducation pour lui dire qu'ils veulent garder le campus principal du collège dans la municipalité.

Un texte de Mario De Ciccio

Déposé à l’Assemblé législative le 30 mai, le rapport indépendant dresse un portrait peu flatteur de l’état actuel du Collège Aurora. Le rapport recommande que le collège soit transformé en une université polytechnique et que son quartier général soit situé à Yellowknife plutôt qu’à Fort Smith.

La semaine dernière, des résidents de la municipalité se sont mobilisés pour s’opposer à la recommandation.

Lundi soir, une centaine de résidents en ont rajouté lors d’une rencontre publique avec la ministre de l’Éducation, Caroline Cochrane, en se disant outrés par le contenu du rapport.

« D’entendre que le collège, et spécialement le programme des métiers, n’est pas respecté parce que le collège ne réussit pas, c’est insultant », a déploré Janie Hobart, une résidente de longue date de Fort Smith. « Plusieurs des problèmes qui ont été identifiés dans l'examen ne sont pas la faute du Collège Aurora », estime-t-elle. « Ils sont le résultat direct du sous-financement ou de l'inaction du gouvernement des T.N.-O. ».

Une opinion que partage Jack Van Camp, un ancien instructeur au Collège Aurora qui s’est dit outré par le rapport. Il ne croit pas que l’université doit être basée à Yellowknife, pour offrir une éducation de qualité.

La ministre répond

En conférence de presse il y a deux semaines, quelques heures avant de déposer le rapport, la ministre de l'Éducation, de la Culture et de la Formation, Caroline Cochrane, s’était dite très heureuse du rapport.

Cependant, devant les résidents de Fort Smith, la ministre a plutôt révélé qu’elle ne voulait pas déposer le rapport lorsqu’elle l'a reçu.

« Ce n’est jamais bien de démontrer la vérité si franchement d’une façon si dure, sans en fournir les bons et les mauvais côtés », a-t-elle expliqué en ajoutant avoir été forcée de le déposer puisque c’était un engagement du ministre précédent.

Elle dit maintenant voir quelques bons côtés au rapport et préfère aussi travailler sur le dossier plutôt que de le laisser amasser la poussière.

Mme Cochrane a ensuite rappelé que le but n’est pas de fermer les campus d’Inuvik et de Fort Smith. Au contraire, selon elle ce serait « la pire chose qu'un politicien ou qu’un être humain pourrait faire pour le territoire ». Elle dit reconnaître le bien économique des campus pour les deux municipalités.

La semaine dernière, la ministre avait déclaré à la radio de CBC qu’elle comptait remplacer les postes qui pourraient être perdus à Fort Smith.

Selon elle, pas plus de 12 postes devraient être touchés si le gouvernement accepte les recommandations.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Regardez la réaction de cette fille!





Rabais de la semaine