Retour

Le Conseil des Innus de Pessamit refuse de tenir une élection

Après deux revers devant les tribunaux, le chef de Pessamit persiste et signe. Le Conseil des Innus de Pessamit n'a pas l'intention de tenir une nouvelle élection le 17 août, comme l'exige un récent jugement de la Cour fédérale.

Un texte de Jean-Louis Bordeleau

Un résident de Pessamit a fait invalider la réforme du code électoral de la communauté et l'élection tenue en 2016. Malgré cela, les élus refusent de se plier au jugement. Le chef René Simon reproche au gouvernement fédéral de ne pas respecter les décisions de Pessamit. « Il y a eu une consultation. Il y a de l'information qui a été donnée. Puis, en bout de ligne, il y a eu un référendum et le référendum a passé », soutient-il.

La Cour d'appel fédérale n'a pas encore rendu sa décision sur le fond de la requête de Pessamit, à savoir si cette réforme du code électoral a été approuvée par un nombre suffisant de membres de la communauté, tel que soutient le chef.

Il n'y aura pas d'élection cet été, martèle toutefois le chef qui veut rester en poste encore deux ans. « C'est le droit à l'autonomie. On est une nation. S'il faut aller en Cour suprême, on va y aller », déclare-t-il.

Contestation

« Les tribunaux seront saisis d'une requête d'urgence pour tenir l'élection », réplique toutefois l'instigateur de la contestation du code électoral et de l'élection, Jérôme Bacon-St-Onge. « Ma position à moi, c'est que le code électoral est toujours invalide et que l'élection s'est tenue sous le code de 2015 qui a été invalidé par la Cour fédérale. »

Il n'est pas le seul membre de la communauté à demander aux élus de se plier au jugement de la Cour fédérale. Priscilla Bacon lance un message à René Simon : « Vous allez nous emmener dans un trou noir ou encore il va y avoir une instabilité politique également, puis la gouvernance va être absente. Il n'y aura pas d'autorité locale. »

À moins de deux mois de la date d'élection fixée par la Cour fédérale, un président d'élection n'a pas été désigné tel que l'exige le code électoral de 1994 qui est en vigueur à Pessamit.

Avec les informations de Marlène Joseph-Blais

Plus d'articles