Retour

Le Conseil jeunesse du premier ministre Trudeau en visite à Winnipeg

Le Conseil jeunesse du premier ministre du Canada est de passage à Winnipeg, en ce début de semaine, pour une série de rencontres, et notamment pour consulter les Manitobains sur une future politique jeunesse du gouvernement fédéral.

Le Conseil est composé de 26 jeunes, âgés de 16 à 24 ans, représentant toutes les régions du pays. Il a pour mandat de conseiller le premier ministre Justin Trudeau, de manière impartiale, sur les questions qui préoccupent les jeunes Canadiens.

« L’idée, c’est de pouvoir fournir un avis jeune, une perspective jeunesse sur différents enjeux qui sont présentement traités dans les activités du gouvernement [...] par exemple, la santé mentale, l’accessibilité aux services, la présence des jeunes dans les conseils d’administration d’État », explique Élyse Tremblay-Longchamps, membre du conseil originaire de Montréal.

« Parfois, poursuit-elle, c’est nous qui allons prendre l’initiative de suggérer un sujet et, parfois, c’est l’inverse, c’est les ministres [...] qui viennent vers nous. »

Son collègue François-Olivier Picard, de Québec, souligne le fait que le groupe est « non partisan ».

Le Conseil tiendra une de ses réunions régulières à Winnipeg, mercredi, en présence du premier ministre Trudeau. En attendant, les jeunes ont déjà participé à plusieurs rencontres mardi, note Sara Abdessamie, membre du Nouveau-Brunswick. « On a eu la chance de discuter d’enjeux comme la réconciliation et la violence basée sur le genre. »

Mardi soir, le groupe organise également un « dialogue » ouvert au public, pour « parler directement avec les jeunes de Winnipeg et répondre à leurs questions », dit Sara Abdessamie.

Plus spécifiquement, c’est l’occasion de travailler sur la prochaine politique canadienne sur la jeunesse du gouvernement. « On essaie de récolter le plus d’avis, le plus de suggestions par rapport à comment devrait prendre forme cette politique et de quoi elle devrait traiter », annonce Élyse Tremblay-Longchamps.

La consultation a lieu au Collège Red River, entre 19 h et 21 h.

Winnipeg n’est pas la seule ville visitée par le Conseil. « On essaie d’aller dans des villes canadiennes très diversifiées. Donc, on est déjà allés à Ottawa, à Calgary, à Montréal et à Saint-Jean », note François-Olivier Picard.

Sécurité linguistique et réconciliation

Le président du Conseil jeunesse provincial (CJP) du Manitoba, Derrek Bentley, sera présent à la consultation de mardi soir.

Il souhaite aborder des thèmes comme l'appui aux communautés francophones en situation minoritaire et l'insécurité linguistique. « [Pour] voir comment on peut créer plus d'espaces, des safe spaces [« espaces sécuritaires »] pour vraiment parler et pratiquer le français, et comment on peut avoir l'appui du gouvernement pour une abondance d'activités, d'espaces », précise-t-il.

Un autre sujet qui lui tient à coeur, c'est le rôle des jeunes dans la réconciliation. « Et comment on s'assure que les enseignants d'aujourd'hui et les jeunes ont les outils pour en parler avec leurs amis, leurs parents, leurs grands-parents? » Il espère qu’il y aura un suivi à ces discussions.

« Bon début »

Les membres du Conseil jeunesse rappellent que ce groupe n'en est qu’à ses débuts, mais le projet est prometteur, selon eux. « C’est quelque chose de tout nouveau, jamais fait auparavant au Canada », souligne Sara Abdessamie.

« Même si ça peut être délicat, on a besoin d’avoir ces conversations-là avec le premier ministre et les autres ministres », résume-t-elle.

Plus d'articles