Retour

Le conseil municipal de Saint-Léon-Le-Grand vote pour une mise en tutelle

C'est devant une salle bondée, lundi soir, que le conseiller municipal de Saint-Léon-le-Grand, Serge Imbeault, a déposé une résolution demandant officiellement au ministère des Affaires municipales de mettre la Municipalité sous tutelle. La résolution a été approuvée par quatre des six membres du conseil.

Un texte de Joane BérubéLe maire Daniel Dumais a pris acte de la résolution qui sera expédiée au ministère des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire dès mardi matin.

Avant la rencontre de lundi, le maire Daniel Dumais avait fait parvenir une lettre à l’ensemble de ses concitoyens pour leur faire part de sa vision des problèmes vécus au sein du conseil, ce qui n'a pas calmé les esprits. Au contraire.

L’adoption de la résolution a été applaudie par la majorité de l’assistance.

La mise sous tutelle par la Commission des affaires municipales doit être approuvée par décret par le gouvernement. La Commission peut aussi demander une enquête publique. Les élus conserveront leur pouvoir décisionnel. Toutes les décisions devront par contre être avalisées par des tuteurs nommés par la Commission qui accompagneront et guideront les élus dans leurs tâches respectives.

Bisbille entre élus

Le maire estime toutefois la mesure abusive. Il fait valoir que depuis son élection, la Municipalité s’est dotée d’un nouveau garage municipal, la municipalité a de nouveaux locaux, le chauffage à la biomasse a été implanté, la flotte de la municipalité est adéquate et qu'elle répond aux besoins. « Ils me reprochent quoi? », demande Daniel Dumais.

Ce n’est pourtant pas d’hier que la mésentente prévaut au conseil municipal de Saint-Léon-le-Grand.

Au cours des derniers mois, des séances du conseil ont été annulées faute de quorum. Des fournisseurs n’ont pas été payés puisque le conseil n’a pas voté les résolutions nécessaires pour les payer.

Lundi soir, la tension était bien visible entre les élus. Plusieurs propositions pour des sujets à l’ordre du jour sont à nouveau restées lettre morte faute d’appui de la part des conseillers.

Lettre à la population

Selon le maire, des conseillers outrepasseraient leur rôle et il y aurait dans la municipalité « trop de chefs et pas assez d’Indiens ».

Dans sa lettre, Daniel Dumais parle de conflits entre lui et certains conseillers ainsi qu’entre des conseillers et des employés municipaux. Il souligne particulièrement les comportements d’un conseiller, élu il y a un an et demi, mais qui s’était présenté contre lui aux dernières élections municipales.

Il rapporte aussi qu’une plainte a même été déposée contre un conseiller par un employé municipal pour harcèlement. Dans la foulée de cette affaire, une mise en demeure a été expédiée au conseiller concerné en novembre dernier.

Pour tenter de dénouer l’impasse et d’établir les rôles de chacun, une rencontre avec le maire, ses conseillers et un représentant du ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire a eu lieu, sans succès, le 20 mars dernier.

Pour l’auteur de la résolution, plus rien ne va à Saint-Léon-le-Grand. Pour Serge Imbeault, les conseillers sont maintenus dans l’ignorance et la gestion des employés municipaux est un réel problème dont le maire ne s’est pas occupé.

Des résidents mobilisés

Dans la salle, plusieurs citoyens se sont inquiétés, lundi soir, de la gestion de leur municipalité. Les frais supplémentaires du chauffage par biomasse, de coûteuses réparations de la machinerie de la municipalité ont fait l’objet de nombreuses questions.

Au sortir de la rencontre, des citoyens ont souligné n’avoir pas apprécié la lettre du maire, d’autres ont avancé que le maire avait trop tardé à régler certains dossiers.

Quant au maire, ce sera donc dans le tumulte et la controverse que se terminera son service auprès de la population. Daniel Dumais n’entend pas se représenter en novembre prochain.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine