Retour

Le conservateur Denis Lebel se défend d'attiser l'islamophobie

Alors que des électeurs se voilent le visage pour aller voter, le lieutenant politique de Stephen Harper au Québec, Denis Lebel, nie que son parti ait mis de l'huile sur le feu dans le dossier du niqab.

« Bien sûr qu'on ne peut pas être heureux de ce qui se passe actuellement, a-t-il affirmé en entrevue aux Coulisses du pouvoir, à Radio-Canada, parlant d'un certain « malaise ».  Mais selon lui, ce qui se passe dans les bureaux de vote par anticipation « démontre que dans la population, il y a un accueil de ce dossier-là ». 

« Ça doit nous sensibiliser à comment les Québécois et les Canadiens réagissent à cet élément-là, et les valeurs canadiennes et québécoises doivent être défendues », ajoute-t-il.

M. Lebel soutient que, contrairement aux libéraux et aux néo-démocrates, le Parti conservateur défend ces valeurs. 

Mi-septembre, Denis Lebel avait lui-même annoncé l'engagement de son parti de déposer dans les 100 jours suivant sa réélection un projet de loi pour forcer la prestation du serment de citoyenneté à visage découvert.

Niqab et sécurité

Denis Lebel refuse de voir dans ce mouvement d'électeurs faussement voilés un relent d'islamophobie. Il rejette aussi toute responsabilité de son parti, en faisant un amalgame entre niqab et sécurité.

« On voit la réaction des gens, et c'est ce qui se passe partout dans le monde. En termes de sécurité, il y a toujours quelque chose de sensible pour l'ensemble de la population. De dire que c'est le gouvernement qui amène ces éléments en campagne [non]. Ce qui s'est passé en Turquie [frappée l'attentat le plus meurtrier de son histoire] dans les dernières heures, ce n'est pas le gouvernement qui l'a amené. »

Questionné durant l'entrevue sur le lien qu'il fait entre le niqab et l'attentat en Turquie, M. Lebel estime que les deux soulèvent des inquiétudes chez la population qu'il rencontre sur le terrain, et que le Parti conservateur se promet d'assurer la sécurité des Canadiens. 

Jusqu'à présent, le gouvernement Harper justifiait plutôt son intention d'interdire le niqab durant les cérémonies de citoyenneté pour des questions d'égalité entre hommes et femmes.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un rottweiler goûte à du citron pour la première fois





Rabais de la semaine