Retour

Le déneigement occupe les conseillers municipaux de Sept-Îles

Même si le déneigement n'était pas à l'ordre du jour, c'est le sujet qui a occupé le plus de temps au conseil municipal de Sept-Îles lundi soir.

Un texte de François Robert

Le conseiller du district Marie-Immaculée, Denis Miousse, a lancé l’idée de mandater une firme pour mener un sondage sur le type de déneigement souhaité par les citoyens.

Denis Miousse a bien été clair que ce sondage devrait faire le lien entre une éventuelle bonification du service et son financement.

Le conseiller du district Marie-Immaculée a insisté sur l’importance de comprendre qu’une bonification substantielle du service passerait par une augmentation de l'impôt foncier.

Bellavance persiste et signe

Michel Bellavance, conseiller du district de Saint-Famille, a profité de son droit de parole pour traiter longuement du déneigement.

Déjà, à l’automne, il avait exprimé des réserves sur la politique de déneigement de Sept-Îles. Il avait dit souhaiter que l’on coupe ailleurs pour bonifier le budget de déneigement.

Lundi soir, le conseiller du district Sainte-Famille est revenu à la charge en disant qu’il faudrait étudier la possibilité de couper dans d’autres postes budgétaires et en même temps d’augmenter les taxes afin de répondre aux demandes des citoyens.

Il est de ceux qui croient qu'il serait préférable de ramasser plus de neige et d'en souffler moins sur les terrains.

Michel Bellavance a déploré que la rue Holliday, dans son district, ne soit pas déneigée assez largement à certains endroits. Cela rend la circulation particulièrement problématique lorsqu'une voiture est stationnée sur le bord de la rue. Dans ce cas, deux voitures ne peuvent plus passer en même temps à cet endroit. Selon Michel Bellavance, c'est d’autant plus dangereux que des véhicules lourds empruntent régulièrement ce secteur.

Michel Bellavance a aussi critiqué la largeur du déneigement sur la rue menant au Cégep.

Porlier défend sa politique de déneigement

Le maire Réjean Porlier a parlé pendant plusieurs minutes pour mettre en perspective et défendre vigoureusement la politique de déneigement de Sept-Îles depuis son entrée en poste tout en se montrant ouvert à certains ajustements pour améliorer la sécurité dans différents endroits stratégiques, notamment aux abords des intersections et aux deux endroits mis en cause par Michel Bellavance.

Le maire est revenu sur l’enlèvement de la neige par rapport au soufflage en partie sur les terrains.

Réjean Porlier a mis en garde contre les comparaisons entre Sept-Îles et certaines municipalités plus au sud de la province qui reçoivent moins de neige,qui ont moins de kilomètres de rue à déneiger et surtout, qui ont plus de citoyens pour partager la facture.

Réjean Porlier a rappelé qu'avant son arrivée en poste, l'administration précédente pigeait dans le surplus pour boucler le budget et financer le déneigement. Il veut surtout éviter de piger à nouveau dans les surplus pour financer le déneigement jusqu’à ce que la Ville soit contrainte d’emprunter pour payer l’épicerie, a-t-il insisté.

Traitement des eaux usées

Le directeur général de la municipalité, Patrick Gwilliam, a réagi au reportage de Radio-Canada sur les municipalités de la Côte-Nord qui sont encore loin de pouvoir se conformer à l’exigence provinciale d’ici 2020.

Patrick Gwilliam a notamment fait le point sur les négociations en cours afin d’acquérir un terrain pour y installer des étangs d’aération.

« Les discussions sont encore en cours, c’est un dossier qui est pratiquement réglé en fait pour l’achat des terrains », a indiqué Patrick Gwilliam.

Le directeur général a aussi souligné qu’une entente avait été conclue avec le Conseil de bande de Uashat-Maliotenam qui pourra profiter des installations qui seront faites sur ce terrain pour le traitement d’eaux usées en provenance de son territoire.

Le directeur général s’est aussi fait demander si Sept-Îles est en bonne voie d'atteindre l’objectif de 2020 pour ne plus rejeter d'eaux usées sans traitement dans la nature.

Zones à vitesse réduite

Le conseiller Michel Bellavance s’est dit heureux que la portion du territoire de la ville où la règlementation prévoit une vitesse maximale de 40 km/h en zone résidentielle soit augmentée.

Il a dit souhaiter que le conseil étudie la possibilité d’étendre encore davantage cette zone pour rendre les rues de la ville plus sécuritaires.

Adoption du budget

Le budget 2018 de Sept-Îles sera adopté lors d’une séance extraordinaire le 15 janvier.

Plus d'articles

Commentaires