Retour

« Le départ de Pierre Karl Péladeau m'a scié les jambes » - Bernard Drainville

Bernard Drainville affirme que c'est le départ de Pierre Karl Péladeau, il y a quelques semaines, qui l'a incité à quitter à son tour la vie politique.

Un texte de François Messier

C'est ce qu'il a expliqué, mardi, dans une conférence de presse où il a confirmé qu'il quittait ses fonctions de député de Marie-Victorin et de leader parlementaire du Parti québécois pour devenir animateur à la radio.

« Le départ de Pierre Karl m'a donné un coup, m'a un peu scié les jambes, a-t-il expliqué d'entrée de jeu. On formait un tandem, on formait une équipe. Je comprenais notre direction, je comprenais le rôle que je devais jouer, et j'adhérais complètement à la vision de Pierre Karl. »

« L'idée du service public a toujours été au cœur de mon engagement, a-t-il poursuivi. J'ai toujours dit que le journalisme, c'était mon service public. Et que la politique était le prolongement de mon service public, mais autrement. »

« Je pense que le temps est venu de retourner à mes anciennes amours : le monde des communications », a-t-il ajouté, confirmant avoir « accepté avec enthousiasme » de devenir coanimateur de l'émission du midi au 93,3 FM, à Québec.

« Je serai là avec Éric [Duhaime], je pense que ça va donner lieu à des échanges intéressants. En tout cas, ce ne sera pas plate, a dit M. Drainville. J'aurai une grande liberté, je pourrai m'exprimer sur tous les sujets, sans craindre de mettre mon parti dans le trouble. »

« J'ai beaucoup donné, et je peux encore beaucoup donner. Mais pour ce qui est de l'avenir, ce ne sera pas en politique. »

« Un bon député, un pas pire ministre »

Ex-ministre des Institutions démocratiques dans le gouvernement de Pauline Marois, M. Drainville est revenu sur ses réalisations en politique. Il s'est dit « fier des combats [qu'il] a menés » et n'a exprimé aucun regret, notamment au sujet de son projet de charte de la laïcité, pour lequel il a été abondamment critiqué.

M. Drainville a assuré que la charte de la laïcité correspondait à sa vision de la nation québécoise. La laïcité, plaide-t-il, est « la gardienne de la diversité, des croyances, des religions » et protège « la liberté de conscience et l'égalité entre tous les citoyens ».

L'objectif de ce projet controversé, a-t-il dit, était que la laïcité devienne une « base commune » pour tous les Québécois, au même titre que la langue française. L'affaire a finalement avorté, de sorte que « rien n'est réglé et cette bataille devra continuer », a-t-il déclaré.

« Exigeante la charte? Oui. Trop exigeante? Je ne trouve pas », a-t-il laissé tomber, avant de se lancer dans une apologie de la diversité, une « immense richesse » pour le Québec.

M. Drainville dit avoir assumé « son côté combatif, pugnace, un peu sport extrême » tout le long de sa carrière politique. « J'aime ça quand ça brasse, je pense que c'est la meilleure façon de faire avancer des idées. Mais je ne suis pas sûr que ce genre de politique est dans l'air du temps. »

Il s'est aussi félicité d'avoir réussi à faire adopter une réforme du financement politique, qui a notamment abaissé à 100 $ la contribution annuelle maximale qu'un citoyen peut verser à un parti, et à faire abolir les allocations de départ pour les députés qui partent en cours de mandat.

Il n'a pas voulu commenter une déclaration d'il y a quelques années, où il accusait les députés démissionnaires de rompre un « contrat moral » avec leurs électeurs. « Je ne vous le répéterai pas aujourd'hui, ça ferait une trop bonne clip », s'est-il borné à dire. 

Il a cependant ajouté qu'il était alors contre le principe de « récompenser » les élus qui démissionnent en cours de mandat, et qu'il n'avait pas changé d'idée à ce sujet.

Souverainiste jusqu'au bout

Bernard Drainville a par ailleurs affirmé qu'il demeurera souverainiste, quoi qu'il arrive. Il s'est dit « fier » d'avoir accompli son rêve de devenir député du Parti québécois, le parti fondé par son « héros », René Lévesque.

Accompagné de sa conjointe et de deux de ses trois enfants, M. Drainville n'a pu dissimuler ses émotions en se disant « heureux » de retrouver sa famille. « Je ne quitte pas pour des raisons familiales, mais je suis resté pour des raisons familiales », a-t-il commenté, en soulignant l'appui indéfectible de sa conjointe au fil du temps.

« C'était ton militantisme, ta façon de donner au Québec. Merci. Je t'aime vraiment beaucoup », lui a dit M. Drainville, alors que ses deux enfants avaient les larmes aux yeux. « Aujourd'hui, je rentre à la maison. Je vais être capable d'en faire un petit peu plus. »

M. Drainville a aussi remercié chaleureusement tous ceux qui l'ont entouré au fil du temps, que ce soit à Québec ou dans son bureau de circonscription, en prenant le temps de nommer plusieurs d'entre eux par leur nom, voire leur surnom.

Un « joueur important », disent ses collègues

« Je peux juste avoir du respect pour le travail que Bernard a fait durant neuf ans, a commenté le chef intérimaire du Parti québécois, Sylvain Gaudreault. Aujourd'hui, c'est ça que j'ai en tête : tout le travail qu'il a fait, notamment pour la démocratie, l'avancement de la démocratie au Québec, les batailles qu'il a menées à tous égards. »

Le départ de Pierre Karl Péladeau « a ébranlé tout le caucus », a-t-il dit, mais la réflexion qu'a entreprise Bernard Drainville dans la foulée « l'a conduit à faire d'autres choix »,  a-t-il commenté. 

M. Gaudreault a dit ne pas croire qu'il ne se sentait plus à sa place dans le caucus péquiste. « Bernard a toujours eu sa place, il aurait toujours eu sa place. Maintenant, est-ce que ça aurait été comme leader? On ne le sait pas, on ne le saura jamais », a-t-il laissé tomber.

« On s'investit tellement en politique que quand ce genre d'évènement là arrive [...], lorsqu'on prend la décision qu'on est arrivé à terme dans son action politique, quand le cœur n'y est plus, on se tourne vers d'autres choses », a souligné Alexandre Cloutier. 

Bernard Drainville était « un de nos meilleurs joueurs à l'Assemblée nationale » et, s'il avait choisi de rester, « c'est évident qu'il aurait eu une place de choix », a-t-il ajouté, tout en disant « comprendre qu'il retourne à ses premiers amours ».

« C'est une grosse perte. J'aurais aimé travailler à ses côtés », avait déclaré plus tôt dans la journée Jean-François Lisée, également candidat à la direction du PQ. Il dit qu'il avait déjà offert à M. Drainville de demeurer leader parlementaire advenant qu'il soit choisi chef par les membres. 

Jean-François Lisée a salué le travail de leader parlementaire accompli par M. Drainville et la réforme du financement politique qu'il a pilotée pour le gouvernement Marois. Il n'a pas caché qu'il aurait aimé que son collègue adopte une « approche plus gradualiste » dans le dossier de la charte.

Véronique Hivon a également souligné la qualité du travail accompli par M. Drainville à titre de leader parlementaire. Il remplissait ce rôle « avec beaucoup d'assiduité et d'engagement », a-t-elle dit, tout en notant qu'il en avait « beaucoup sur les épaules ».

« Bernard a eu une très belle contribution pour l'assainissement des valeurs démocratiques. Il a un legs très important », a-t-elle observé. Il n'avait pas « pas peur de prendre les dossiers de front et d'aller de l'avant avec les débats ».

Le premier ministre Philippe Couillard a également brièvement commenté le départ de M. Drainville. « On est dans le monde de l'instantané, de la pression constante, des médias sociaux. C'est difficile. C'est correct. On est là pour ça, faire des choses difficiles », a-t-il dit.

« Mais ça met énormément de pression sur les individus, et on voit qu'il y en a qui décident de réorienter leur vie, leur carrière, a-t-il poursuivi. On ne peut pas blâmer les gens pour ça. »

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine