Retour

Le fonds Place-du-Souvenir, pour aider les jeunes Lavallois et rappeler l'impact de la corruption

Le maire de Laval, Marc Demers, annonce la création d'un fonds d'aide aux jeunes Lavallois, financé principalement par les sommes remboursées par l'ex-maire Gilles Vaillancourt, condamné en décembre dernier à six ans de prison pour complot, abus de confiance et fraude.

Le fonds Place-du-Souvenir est présenté comme un « levier d’intervention auprès des jeunes enfants et adolescents de 0 à 17 ans issus de milieux défavorisés ».

Il disposera d’un capital de départ de 10 millions de dollars, administré par le comité de retraite des employés municipaux, avec un retour établi de 6 %, soit 600 000 $ annuellement (300 000 $ cette année, puisqu’on est en juin). L'ex-maire Vaillancourt a remboursé 8,5 millions de dollars; la provenance des 1,5 million de dollars restants fait l'objet d'une entente de confidentialité.

La Ville a identifié quatre « axes d’intervention » pour ce fonds :

  • la lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale;
  • la persévérance scolaire;
  • l’intégration sociale des jeunes immigrants;
  • l’accessibilité aux activités culturelles.

Un comité consultatif sera chargé de donner des orientations à ce fonds. Il sera formé de Roseline Filion, médaillée olympique en plongeon, Lynda Tousignant, avocate et retraitée de la Ville de Laval, Eve Dalphond, directrice de l’organisme de financement et d’accompagnement de femmes entrepreneures Femmessor, Luigi Morabito, éditeur des versions française et anglaise de Famille Laval Magazine, et Jean-Pierre Tessier, retraité du Service de la culture, des loisirs et du développement social de la Ville de Laval.

Le nom du fonds, Place-du-Souvenir, fait référence à l'endroit où se situe l'hôtel de ville et veut inciter à se rappeler des impacts des pratiques illégales. « C’est un fonds à la mémoire de la corruption, de la collusion, qui a eu lieu et je pense qu’il ne faut pas l’oublier. Si on ne veut pas que ça revienne, il faut penser aux conséquences », a expliqué le maire Demers en entrevue à Radio-Canada.

Ce fonds destiné à la jeunesse, déjà évoqué en avril dernier, ne fait pas l’unanimité. « Je pense que cet argent qui est une partie de l’argent volé par M. Vaillancourt, parce qu’il y en a beaucoup d’autre, certainement, devrait être distribué aux Lavallois qui sont un peu écrasés par le fardeau des taxes qui ont augmenté depuis les dernières années », estime le chef de l'opposition à l'Hôtel de Ville de Laval, Jean-Claude Gobé.

Le conseiller municipal dans Fabreville et candidat annoncé à la mairie, Michel Trottier, a déjà dit craindre, pour sa part, que l’initiative soit interprétée comme un geste « en mémoire de Gilles Vaillancourt ».

Plus d'articles

Commentaires