Retour

Le gouvernement ontarien dépose son projet de loi sur le bilinguisme à la Ville d'Ottawa

Le gouvernement de l'Ontario a déposé mardi son projet de loi sur les services en français à la Ville d'Ottawa. Il s'inscrit dans un projet de loi omnibus qui permettra aussi la création de l'université de l'Ontario français et le changement de gouvernance au Centre Jules-Léger.

Le projet de loi sur les services en français devrait être adopté d'ici décembre, ce qui signifie que la Ville d'Ottawa aura le statut de ville bilingue avant les fêtes.

Le gouvernement de la province a repris mot pour mot le projet de loi privé de la députée provinciale d'Ottawa-Vanier, Nathalie Des Rosiers, déposé en mai dernier. Celui-ci visait à enchâsser le règlement municipal sur le bilinguisme et la politique de la Ville sur les services en français dans la Loi sur la ville d'Ottawa, dans l'objectif de protéger ces acquis.

« C’est ce qu’on attendait », a réagi Mme Des Rosiers.

« Le but était toujours de s’assurer que le caractère bilingue de la Ville d’Ottawa soit reconnu dans sa loi constitutive. Cela reconnaît que la Loi sur les services en français est applicable à la Ville d’Ottawa et ça reconnaît également que la politique et le règlement actuel sont un assujettissement à la Loi sur les services en français », a-t-elle expliqué.

« Moment historique »

Pour le président de l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario (AFO), Carol Jolin, le dépôt de ce projet de loi marque « un moment historique ».

« Ce sont des pas extrêmement importants dans la bonne direction. On souhaite que d'ici la fin 2017, ce ne soit plus un projet de loi, mais que ce soit une loi et qu'on puisse aller de l'avant [...] et s'assurer que les services qui sont déjà là sont maintenant enchâssés dans une loi », a commenté M. Jolin.

« C'est une bonne nouvelle pour la Ville, pour la province et pour le pays », a-t-il conclu.

Pour le président de l’Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens (AEFO), Rémi Sabourin, la prochaine étape est de faire vivre ce bilinguisme.

« Ce qui va être important maintenant, c’est qu’on s’assure de recevoir des services en français. Je pense que c’est la prochaine étape. Ça doit devenir un automatisme pour les francophones et les francophiles d’Ottawa et aussi les gens qui viennent de l’extérieur », a-t-il expliqué.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine