Retour

Le gouvernement prêt à agir rapidement pour La Presse si l'opposition l'appuie

La Presse demande à Québec d'agir rapidement pour faciliter la transformation de sa structure administrative. Le gouvernement de Philippe Couillard se dit « disposé » à le faire, mais il a pour cela besoin de l'appui des autres partis à l'Assemblée nationale.

Power Corporation a décidé de se défaire de La Presse pour laisser le média entre les mains d’une fiducie d'utilité sociale, à but non lucratif.

« Cette nouvelle structure passe par une vente, a expliqué jeudi matin le leader parlementaire du gouvernement, Jean-Marc Fournier. Et cette vente nécessite une autorisation législative, en raison d’une loi privée concernant La Presse adoptée en 1967. Ils sont pris avec une obligation particulière, car tous les autres médias peuvent être vendus sans passer par la loi ».

« Normalement, pour changer une loi privée, on a besoin d’une loi privée. Mais les délais de publication et l’ensemble des étapes pour une loi privée sont très longs, et s’il fallait les suivre, ce serait à l’automne seulement que se ferait la transformation [de La Presse]. Pour accélérer les choses, nous devons passer par une loi publique », indique-t-il.

Le gouvernement se dit prêt à aller de l’avant avec une telle loi « si les autres partis et les députés indépendants sont d’accord ».

Jean-Marc Fournier a écrit aux parlementaires concernés afin de voir ce qu’ils sont disposés à faire sur cette question. Il dit attendre leur réponse aujourd’hui, au plus tard demain.

« S’ils sont d’accord, on pourrait procéder à l’étude et à l’adoption du projet de loi le jour même. En vertu d’une obligation de transparence, on pourrait se donner une journée pour une consultation particulière ou on pourrait recevoir les propriétaires de La Presse, les syndicats, les personnes directement concernées par la vente, pour savoir quel est leur point de vue [sur la question].

M. Fournier se défend bien de vouloir avantager le média, et affirme que ces démarches visent le principe d’égalité.

« Moi je m’intéresse à la situation de l’égalité pour La Presse. Simplement pour les mettre dans la même situation que les autres », dit-il.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Un gros chien fait des vagues en apprenant à nager





Rabais de la semaine