Retour

Le gouvernement Trudeau demande au Parlement d'approuver 2,8 G$ en dépenses supplémentaires

Accueil des réfugiés, missions militaires, prestations d'invalidité des militaires : certains ministères ont dépensé plus que ce qui avait été prévu au début de l'année fiscale. En tout, ce sont 2,8 milliards de dollars en dépenses supplémentaires que le président du Conseil du Trésor demande au Parlement d'approuver.

Un texte de Raphaël Bouvier-Auclair

Le dossier pour lequel le gouvernement demande le plus d'argent est celui des anciens combattants. Pour fournir des prestations d'invalidité aux membres des Forces armées, Ottawa réclame 435 millions de dollars de plus. Le Régime d'assurance revenu militaire présente un manque à gagner entre autres à cause de l'augmentation du nombre de militaires qui ont été libérés de leurs fonctions au sein de l'armée pour des raisons de santé.

Promesse phare du Parti libéral, l'accueil au pays de milliers de réfugiés syriens a entraîné des dépenses supplémentaires pour de nombreux ministères associés à l'opération humanitaire. Ce sont 147 millions de dollars qu'Ottawa veut voir approuver dans ce cadre, non seulement pour Immigration, Réfugiés et Citoyenneté, mais aussi pour les Affaires étrangères, l'Agence des services frontaliers et l'Agence de la santé publique.

Dépenses plus importantes à l'étranger

La présence militaire canadienne au Moyen-Orient, mais également en Ukraine, a aussi entraîné des coûts plus grands que ceux initialement prévus il y a un peu plus d'un an. Ottawa veut faire approuver des dépenses supplémentaires de 215,5 millions de dollars, entre autres pour permettre le déploiement à des fins de formation de 200 soldats canadiens.

Les ambitions environnementales du gouvernement Trudeau nécessiteront aussi davantage d'argent. En novembre, le ministre des Affaires étrangères Stéphane Dion avait annoncé une aide de 2,65 milliards de dollars sur cinq ans pour aider les pays en développement à lutter contre les changements climatiques. Les premiers versements nécessiteront l'approbation de 168 millions de dollars en dépenses par le Parlement.

Ces dépenses supplémentaires, les troisièmes de l'année fiscale, sont présentées sous la forme de crédits. Elles devront être approuvées par des comités de la Chambre des communes. Le gouvernement plaide qu'une fois autorisés, ces budgets pourront permettre à près de soixante agences gouvernementales de bien effectuer leur travail.

Plus d'articles