Le nom du maire sortant de Mont-Carmel, Denis Lévesque, ne figurera pas sur les bulletins de vote des citoyens de la municipalité du Kamouraska en novembre.

Un texte de Jérôme Lévesque-Boucher

Élu pour la première fois en 2009, le principal intéressé désire se concentrer sur ses fonctions au conseil d'administration de Dynaco et sur la reconstruction de sa ferme ravagée par le feu en 2016.

C'est le 26 août 2016 qu'une partie de la vie de Denis Lévesque est partie en fumée. Sa ferme laitière située sur la rue des Bois-Francs a été ravagée par les flammes en pleine nuit. Son troupeau d'une centaine de têtes a été décimé.

Il affirme toutefois que ce cauchemar ne l'a pas ébranlé dans son travail à la mairie. C'est en grande partie grâce à la solidarité des citoyens de la municipalité qui lui ont prêté main forte dans cette épreuve.

Il ne cache pas que la reconstruction de sa ferme fait partie de ses projets personnels prioritaires.

D'autres responsabilités

Denis Lévesque affirme du même souffle que ses responsabilités au conseil d'administration de Dynaco, à titre de président, remplissent aussi son agenda rapidement.

Le maire affirme qu'il terminera son mandat, conformément à la confiance que les Carmellois lui ont accordé lors de la dernière élection municipale.

« Je demeurerai impliqué dans ma communauté, c'est certain. On peut sortir le gars de Mont-Carmel, mais on ne sort pas Mont-Carmel du gars », conclut-il.

Plus d'articles

Commentaires