Retour

Le maire John Tory plaide pour un péage sur le DVP et le Gardiner et une taxe hôtelière à Toronto

Les automobilistes pourraient bientôt devoir payer pour emprunter les autoroutes Don Valley (DVP) et Gardiner à Toronto. Les touristes qui dorment à l'hôtel ou louent un logis sur Airbnb devraient, eux, payer une nouvelle taxe.

Le maire John Tory a confirmé ses intentions à ce sujet jeudi lors d’un discours devant la chambre de commerce de la ville (Toronto Region Board of Trade).

Selon lui, la ville ne pourra pas agrandir son système de transport en commun et améliorer son système d'autoroutes sans une nouvelle source de revenus. John Tory croit qu'il serait juste pour tout le monde que les automobilistes paient 2 $ pour emprunter le Don Valley Parkway et le Gardiner.

Le transport en commun n'est pas gratuit. Prétendre le contraire est irresponsable.

John Tory, maire de Toronto

La Ville de Toronto a besoin de 33 milliards de dollars au cours des 20 prochaines années pour réaliser plusieurs projets spécifiques, a affirmé John Tory. « Ces projets ne sont pas gratuits, mais auront un impact positif », a-t-il ajouté.

John Tory veut réduire l'impact financier sur les Torontois et répartir le fardeau aussi sur les épaules de ceux qui viennent à Toronto, mais qui n'y vivent pas et a donc plaidé pour l'instauration de péages.

L'urbaniste en chef de Toronto, Jennifer Keesmaat, soutient le péage, affirmant sur Twitter que 40 % des automobilistes qui empruntent le DVP et le Gardiner, les principales voies d'accès au centre-ville, viennent de l'extérieur de la municipalité.

Le péage sur le Gardiner/DVP est une idée qui est mûre à Toronto.

Jennifer Keesmaat, urbaniste en chef de Toronto

Conseil municipal divisé

Le conseiller municipal James Pasternak dit que « ça fait longtemps que ça aurait dû être fait ». Pour lui, les Torontois subventionnent, en matière d'entretien routier, les conducteurs de la banlieue qui viennent travailler à Toronto. Il pense que la majorité des élus torontois appuiera le plan du maire Tory.

Son collègue Stephen Holyday, toutefois, n'est pas d'accord. « Ça va coûter plus cher aux résidents de mon quartier [de l'ouest de Toronto] pour aller en ville », dit-il.

Taxe hôtelière

Le maire Tory est aussi en faveur de l'imposition d'une taxe sur les nuitées à l'hôtel, un supplément qui est déjà en vigueur dans nombre de villes dans le monde.

Cette nouvelle taxe hôtelière s'appliquerait aussi aux locations à court terme d'appartements offertes notamment sur le site Airbnb.

Revenus projetés : 20 millions par année qui permettraient d'améliorer les services de la ville comme le transport en commun.

Le maire veut aussi supprimer la réduction d'impôt pour les propriétés industrielles et commerciales vacantes ce qui permettrait à la ville d'économiser 22 millions de dollars par an.

En revanche, le maire Tory dirait non à une surcharge sur le stationnement ainsi qu'à la privatisation partielle ou complète d'Hydro Toronto. Le groupe anti-pauvreté ACORN est « soulagé » de ce développement, craignant une hausse des tarifs si le distributeur d'électricité était vendu.

Plus d'articles