Retour

Le maire Pedneaud-Jobin réagit au rapport qui critique l'ombudsman

Au lendemain des vives critiques de la vérificatrice générale de la Ville de Gatineau envers le Bureau de l'ombudsman, c'est au tour du maire Maxime Pedneaud-Jobin de réagir mercredi.

Selon lui, la personne qui occupe ces fonctions ne peut pas se contenter de porter un jugement, elle doit aussi émettre des recommandations pour que la Ville améliore ses services aux citoyens. Il n'écarte pas une dissolution provisoire du Bureau le temps de réviser le règlement.

Dans un rapport dévoilé mardi, la vérificatrice générale Johanne Beausoleil a conclu que le Bureau de l'ombudsman « ne remplit pas adéquatement son rôle auprès du citoyen » et qu'il devait « revoir en profondeur ses règles de fonctionnement ».

Pour le maire Pedneaud-Jobin, son rapport était nécessaire. Il dit toujours « croire en la fonction », mais estime que des changements doivent y être apportés, notamment sur la définition du rôle de l'ombudsman.

« Il y a un exercice à faire. Il est trop tôt pour voir comment on va le faire, mais on veut le faire rapidement », a-t-il affirmé lors d'un point de presse.

Le président par intérim du Bureau de l'ombudsman, André Guy, a pour sa part rejeté les conclusions de la vérificatrice générale, jugeant qu'elle avait menacé l'indépendance de la fonction.

Idem pour la conseillère municipale Louise Boudrias, qui a tenu à se dissocier du rapport dès sa parution. Dans un communiqué diffusé mercredi, elle a par ailleurs accusé le maire de faire de la vérificatrice générale son « instrument politique pour miner la crédibilité d'un organisme qui par le passé à critiqué[sic] son administration ».

Avec les informations de Nathalie Tremblay

Plus d'articles